15 août 2017

Les 6 lacs au départ de Saint-Ferréol

Circuit de 100 km ralliant les lacs de Saint-Ferréol, des Cammazes, du Lampy, de La Galaube, de Laprade-Basse et des Montagnès.

 

6lacs (1)

6lacs (3)

6lacs (5)

6lacs (7)

6lacs (8)

Départ de la publication à Lagarde au-dessus de Saint-Ferréol, ma trace initiale passait sur un chemin privé (ou privatisé ou accaparé, on ne sait jamais vraiment mais il y avait même du barbelé …), vous pouvez y accéder par la route qui passe à la base vol à voile ou  parun des chemins qui partent de cette route vers Lagarde. Pourquoi départ de Saint-Ferréol et non des Cammazes (le circuit s’appellerait alors « les 5 lacs ») : pour rallier en fin de parcours Les Cammazes à Saint-Ferréol ; par la descente du sentier des amoureux, toujours aussi plaisante.
Beau circuit alternant piste le long de la rigole de la Montagne Noire, pistes, sentiers, une bonne partie du circuit est à l’ombre, présentant de superbes panoramas sur le Massif, les vallées, les Pyrénées.
Un peu de goudron et de piste au retour des Montagnès, j’ai voulu suivre le GR7 sur cette partie, d’autres chemins sont possibles.
Grande variété de végétation, de sols, du gibier visible à tout moment de la journée.
T
race qui complète le circuit des 4 lacs que j’ai déjà publié sur ce site.

6lacs (11)

6lacs (12)

6lacs (16)

6lacs (19)

6lacs (22)

La trace : https://www.visugpx.com/ErVlROyLuL

Grosse galère lors de cette sortie : je n’ai pas changé de vélo, ni de position, ni de short, je me suis pourtant trouvé au Montagnés avec une inflammation des entre-jambes et du fessier, avec un énorme mal au cul quoi … Un truc qui ne m’est jamais arrivé ; j’ai pu avoir de temps en temps mal aux fesses quand j’arrêtais de pédaler pendant un moment et que je reprenais (on se « tanne » la peau avec les heures de selle), mais jamais comme ça, à en avoir la peau entamée. Tellement mal que je n’arrivais pas à pédaler en pente sans souffrir et que chaque fois que je m’asseyais sur la selle je me retenais de hurler … Mais la voiture était à Saint-Ferréol, donc j’ai serré les dents, fait toutes les portions descendantes debout sur les pédales, beaucoup marché sur les raidillons, 4 heures de galère … J’ai même eu mal aux fesses en m’asseyant dans la voiture (je me suis retenu de hurler) et ensuite à la maison. Peau brûlée par endroits, grosse application de pommade pendant quelques jours …

6lacs (23)

6lacs (25)

6lacs (29)

6lacs (34)

6lacs (38)

 

 

 

6lacs (40)

6lacs (43)

 

 

 


22 décembre 2013

Montagne Noire

Malgré de gros soucis qui me sont tombés dessus récemment, et aussi pour aider à les évacuer (voir un article précédent sur les vertus du vélo), et malgré une grosse fatigue, j’ai tenu à faire ma sortie traditionnelle de fin décembre en Montagne Noire.
Choix porté sur un circuit roulant, reliant les 3 lacs des Cammazes, du Lampy, de la retenue de l’Alzeau, d’abord par la rigole, puis par les pistes, avec quelques petites portions plus « singles », notamment autour d’Arfons … On peut aussi facilement relier le lac de Laprade Basse qui ouvre les portes vers le Cabardès. Intéressant à faire pour avoir une première approche roulante du plateau, vous pourrez ensuite chercher des variantes à foison.

 

21 12 (2)

 

21 12 (3)

 

21 12 (5)

 

21 12 (8)


Il n’est pas si rare, même en tout début d’hiver, de trouver la neige en ces lieux, les altitudes variant dans les hauteurs entre 600 et 1200 m pour le Pic de Nore.
Circuit de 55 km, culminant à 878 m, bien s’équiper en automne ou hiver, la Montagne Noire étant soumise suivant les lieux à des climats de type océanique, méditerranéen mais aussi continental, avec des paysages correspondants, et on peut passer d’une influence à l’autre très rapidement. Hier, par exemple, nous avons débuté la sortie avec le soleil, le ciel s’est un couvert ensuite et un froid glacial, venteux et brumeux s’est présenté du côté de Peyreblanque, froid qui nous a quittés dès que nous avons basculé sur le versant suivant et retrouvé le soleil …
Et en hiver, le contraste forestier est saisissant entre chênaies et grandes hêtraies nues et conifères sempervirents. On se croirait par moment transporté dans un little Canada.

 

21 12 (16)

 

N’hésitez pas à vous arrêter au salon de thé « Le Vauban » aux Cammazes, à quelques mètres du point de départ de la sortie, l’accueil y est très agréable, dans une ambiance assez feutrée bio-culturelle (quand on y rentre pour la première fois déguisé en cycliste ou vététiste on se sent un peu comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, mais l’habit ne fait pas le moine !), les produits de grande qualité (du vrai chocolat, des thés exquis, etc.).

La trace : http://www.visugpx.com/?i=1387702907&seuil=5

 

21 12 (9)

21 12 (13)

21 12 (14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sortie faite avec deux potes, Hugo et Philippe.

Je m’étais promis de le placer de façon inopinée dans une conversation suite à la lecture d’un article du Nouvel Obs début décembre (avant que vous ne me classiez dans la catégorie « bobo » je précise que je ne suis pas abonné au Nouvel Obs, et que si je l’étais, ça ne regarderait que moi, que je ne le lis pas tous les jours mais que si c’était le cas, ce serait pareil qu’à deux virgules avant, et qu’on peut y lire de choses intéressantes), j’apprécie ces gars avec qui je roule et qui sont des potes, des mecs simples, sympas, disponibles, et ils appartiennent à coup sûr à la catégorie des personnalités non-toxiques. J’en parle ici car la mauvaise relation humaine est un de maux de notre société comme cette saloperie (c’est le seul mot adéquat) de cancer, les problèmes de thyroïde, les problèmes de prostate chez les hommes, l’orthophonie commerciale ou l’orthodontie chez les enfants …

C’est la crise nous dit-on, il est donc normal de souffrir dans les relations avec les gens au travail, et même dans la famille ou dans le voisinage, et je ne parle pas des relations entre les jeunes ... Certaines personnes prennent donc un malin plaisir à emmerder les autres, voire à les harceler, ce sont ces personnalités dites « toxiques » dans le jargon psycho-médical. On en parle très régulièrement dans les médias, souvent parce que les victimes sont poussées à des gestes extrêmes. Souvent aussi on classe très facilement les victimes dans la catégorie des « faibles » et on se dit « Moi, jamais ! ».

Et en discutant autour de moi, je me suis aperçu que beaucoup vivent mal leur vie professionnelle à cause de relations avec les collègues ou leur hiérarchie, alors qu’ils aiment leur boulot (si, si, ça existe) ! Et je me suis aperçu aussi que certaines personnalités méritant le titre de toxique ne se rendent même pas compte du mal qu’elles font car elles sont totalement enfermé dans leur logique personnelle ou  professionnelle et n’en démordent pas.

 

Seul problème quand tu balances un sujet de conversation qui n’a rien à voir avec ce qui se qui disait avant, c’est d’en sortir : allez donc sur ce blog voir l’album photos « Carnet de dessins », vous pouvez aussi passer commande, je peins aussi à l’aquarelle de beaux paysages ou ce que vous voulez !

 

 

21 12 (19)

21 12 (24)

21 12 (26)

 

Posté par mastercycle à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,