23 août 2019

Gravel (ou VTT) autour de l’étang de Leucate-Salses

Départ ce jour-là de Port-Leucate pour passer au Grau de Leucate et son village ostréicole pittoresque et ses restaurants de dégustations de produits de l’étang et de la mer, nous avons testé Le Petit Bigorneau, endroit très sympa.

 

 

leu 30 (2)

 

 

La trace rejoint Leucate-Plage pour ensuite monter sur les falaises pour aller rejoindre le phare par un sentier en escaliers … Là-haut, dépaysement garanti avec un petit air de calanques … De jolis sentiers traversent ce petit massif au milieu des anciens champs bordés de murs de pierre. Ces sentiers sont caillouteux, à piloter « léger » en Gravel … Le circuit peut aussi se faire en VTT, les portions goudronnées sont raccourcies au maximum.

 

leu 30 (5)

 

 

 

leu 30 (12)

 

 

Le circuit passe ensuite à La Franqui, vue sur le site des Coussoules, base de char à voile et sports à voiles et de glisse.
On borde l’étang de La Palme pour revenir tout au bout de l’étang de Leucate-Salses.

 

 

19leutour (3)

 

 

 

 

19leutour (6)

 

 

 

 

19leutour (8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (16)

 

 

 

 

19leutour (18)

 

 

 

Incursion dans les vignes de Fitou pour monter ensuite dans la garrigue et la caillasse sur les hauteurs au-dessus de Port-Fitou, un petit goût de Corbières …
N’essayez pas de descendre à Port-Fitou, le village a été privatisé … Superbe panorama sur l’étang et sur les massifs des Albères et du Canigou. Un peu de dénivelé donc puisqu’on passe à un peu plus de 150 mètres pour profiter de ces superbes vues.

Le circuit passe ensuite au superbe site de la forteresse de Salses-le-Château, visite incontournable, ce site est vraiment unique, cette forteresse était espagnole, l’archtecture est vraiment particulière.

 

 

19leutour (19)

 

 

 

 

19leutour (21)

 

 

 

 

 

19leutour (24)

 

 

 

 

 

19leutour (25)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (28)

 

 

Le circuit suit ensuite au plus près la rive de l’étang : cabanes de l’anse de la Roquette, passage à la très jolie chapelle de Garrieux, etc. De très jolis sites traversés, entre étang et marais. Nombreux échassiers, toujours aussi méfiants de la gente bipède.

On longe ensuite le terrain militaire de Saint-Laurent-de-la-Salanque, spot de kite-surf et de planche à voile. On arrive au bout de l’étang. Attention : un passage peut-être pas forcément autorisé mais pas privé après cette zone avec un passage au bord d’un grillage, vous pouvez l’éviter en prenant à droite après le terrain militaire pour aller vers Saint-Laurent-de-la-Salanque, couper vers le Mas Pagnon, puis vers les berges de l’Agly pour rejoindre Le Barcarès.

Passage à Port-Barcarès, vous pouvez pousser jusqu’au Lydia, ce bateau échoué symbole de ce site.

 

 

19leutour (30)

 

 

 

19leutour (32)

 

 

19leutour (36)

 

 

 

19leutour (37)

 

 

 

19leutour (38)

 

 

Le circuit passe à Port-Leucate par un lieu insolite à découvrir : un petit lac entre lotissements, route très passante, zones de loisirs … Ce petit lac est peuplé de nombreuses tortues d’eau douce Cistudes, très jolies et très curieuses … Site à protéger et respecter, ces tortues sont à protéger, notamment de la tortue de Floride, véritable fléau car très invasif, importé par l’homme …

Merci à Claudine et Henri de nous avoir permis de passer quelques jours là.

 

 

19leutour (40)

 

 

 

19leutour (41)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19leutour (43)

 

 

 

leu 30 (15)

La trace : https://www.visugpx.com/giLMUE7gNk

 

Voir aussi l’album photo dédié.

 

Le vélo, d’autant plus quand il peut s’affranchir du goudron posé par l’homme, permet une approche touristique très intéressante et respectueuse de l’environnement de n’importe quel lieu. Il suffit de se laisser aller à la promenade au grè des possibilités offertes, même si de temps en temps on doit marcher, pousser, porter ou faire demi-tour (aujourd’hui, par exemple, j’aurai parcouru 75 km pour sortir cette trace de 63 km). Il permet aussi d’accéder à des sites pittoresques ou peu fréquentés, d’avoir de jolies surprises, d’avoir un contact direct avec la nature quand celle-ci réussit à faire respecter ses droits. Par cette démarche de dévouverte, j'ai pu souvent passer dans des coins peu fréquentés, superbes, et même peu connus des habitués ou des habitants du coin.
Il  suffit d'accepter de lever la tête du guidon, de ne pas regarder le chrono, le capteur de fréquence de pédalage (je n'en ai ni n'en veux), de ne pas soucier d'un éventuel KOM sur Strava, etc. Le même plaisir qu'une randonnée pédestre, sur une plus longue distance et peut-être avec plus de jeu si le terrain s'y prête ...

 

 


26 juillet 2019

Estuaire de la Seudre

 

 

OlSeudre (2)

 

 

Boucle avec de vraies portions gravel au départ de l’île d’Oléron qui suit l’estuaire de la Seudre au plus près de l’eau, rive droite, jusqu’à Saujon, pour descendre vers La Tremblade et passer le pont sur la Seudre. Cette boucle peut se faire sans passer par l’île, au départ du très joli site de Marennes-plage.

Une belle promenade dans les marais de la Seudre, des endroits très sauvages, des prés occupés par le bétail, des espaces de l’activité ostréicole typique.
Ne pas hésiter à pousser dans les accès à l’estuaire, de superbes points de vue s’offrent à vous, par contre cela oblige à faire demi-tour … En fin de journée, j'aurai parcouru bien plus que les quelques 100 km publiés sur la trace.

A Marennes, le circuit suit le canal de la Seudre à la Charente dont j’ai déjà parlé sur une trace publiée au départ de Bourcefranc.

OlSeudre (4)

 

https://www.moulin-des-loges.com/

 

 

OlSeudre (6)

OlSeudre (8)

 

 

 

OlSeudre (9)

 

 

 

OlSeudre (13)

Passage sur le très beau site du Moulin des Loges, en plein marais. De nombreux échassiers, dont des cigognes, nichent là. Si vous voulez les voir de près, il faut se faire très discret : les échassiers ont sûrement de très bonnes raisons de craindre l’homme et s’envolent dès qu’ils vous repèrent …

Saujon est une bourgade très agréable, la Seudre la traverse très sagement avant de s’ouvrir très largement au niveau de l’Eguille. Quelques carrelets pittoresques sont placés là. Ne pas manquer le point de vue à la Pointe de l’Eguille.

OlSeudre (17)

 

 

 

OlSeudre (18)

OlSeudre (23)

 

 

 

 

OlSeudre (24)

 

 

OlSeudre (26)

Le circuit passe ensuite rive gauche de l’estuaire et suit la voie de chemin de fer du Petit train des mouettes qui rallie La Tremblade.

https://www.traindesmouettes.fr/

Ne pas manquer le village de Mornac-sur-Seudre, pittoresque.

Oléron17072019 (46)

 

 

Oléron17072019 (47)

 

 

 

 

Oléron17072019 (50)

 

 

 

 

 

 

OlSeudre (30)

 

 

OlSeudre (32)

 

 

 

OlSeudre (33)

 

 

OlSeudre (34)

Arrivé à La Tremblade, donner quelques coups de pédale le long du chenal vers l’esuaire avant d’aller chercher le pont sur la Seudre. Vous pouvez aussi pousser jusqu’à Ronce-les-Bains pour un point de vue sur Saint-Trojan, Gatseau et le pertuis de Maubuisson.

Circuit très peu ombragé, à faire plutôt tôt le matin ou en fin de journée en semi-nocturne, tenir compte aussi du vent …

La trace :

https://www.visugpx.com/p8SPsWe4cV

 

 

 

 

 

Gravel or not gravel ?

Je n’aurai pas fait ce circuit avec mon VTT : un peu trop de goudron pour du pur VTT et pourtant de bien belles choses à voir … Prendre du plaisir sur son VTT, c’est pour moi à la fois du domaine du visuel, de l’immersion dans des milieux naturels ou en tout cas assez préservés, et du domaine du technique : suivre des traces où tu vas aussi être obligé de regarder au sol quelques mètres devant toi si tu ne veux pas t’en prendre une, réfléchir à la trace, prendre de la caillasse, passer où rien ne passe sauf le randonneur à pied … En gravel, on est moins soumis à cette technicité même si, sur les portions engagés (et j’en recherche sur tous mes cicuits en garnotte), tu dois aussi bien choisir ta trace et piloter « fluide » ou « léger ». Tu fais plus de bornes, attention toujours à ne pas se laisser aller à l’euphorie du rendement accru de la machine, le moteur doit suivre …

OlSeudre (28)

Je me répète : si tu ne recherches pas une pratique « extrême », technique, de la grosse caillasse, si tu veux juste pédaler ou bon te semble, y compris hors des sentiers battus, suivre ce chemin en terre, gravier ou herbe, même si 500 mètres plus loin, tu seras obligé de faire demi-tour car tu te retrouveras devant un énorme roncier, un ruisseau, ou en plein champ de maïs ou de tournesol (ça m’est arrivé plusieurs fois sur ce circuit), un vélo de garnotte pourra être ton seul vélo. Et les marques qui ont d’abord surfé sur cette vague à la mode et marketing, conçoivent de vrais vélos, bien réfléchis, dédiés à cette pratique qui a toute sa place puisqu’elle renvoie aux origines mêmes du deux-roues à moteur musculaire.

 

22 juillet 2019

Oléron ...

Cela fait un certain nombre d’années que nous venons sur Oléron, plutôt l’été. Je continue d’écrire que cette île est ou peut être superbe (peut être car tout site touristique a sa face cachée : dépôts d’ordures sauvages, zones lugubres, etc.), et est très adaptée à la pratique cycliste en tous genres (freerdiders et descendeurs auront je pense vite compris qu’il n’y a rien pour eux ici, quoique je connaisse une petite descente du côté de Saint-Trojan qui pourrait être ludique, oui, oui, descente). On y trouve des coins encore très sauvages malgré l’activité humaine et le tourisme.

Je vous invite d’ailleurs à parcourir les articles de ce blog et les albums dédiées à Oléron, ainsi que les traces que je vérifie pratiquement chaque année.

 

2019oltour (1)

Aujourd’hui, j’ai fait une variante en vélo de garnotte du tour de l’île en essayant d’être au plus près de l’eau, avec un peu plus de route donc que la trace publiée. 100 km quasiment tout ronds pour 4h et quart de roulage effectif  (avec un petit peu de vent, pas mal donc …) sur du bitume, de la cyclable en terre, du chemin et du single, car oui il y a des singles sur Oléron ! Pas en grand nombre il est vrai, mais très ludiques et vallonnés, entre La Rémigeasse et Vert-Bois, sous les arbres.

Je pars donc du Grand-Village-plage dans la forêt pour aller chercher par des chemins et des pistes les abords de Gatseau et remonter vers Saint-Trojan-les-Bains, un des incontournables de l’île, passage au point culminant de l’île entre le château d’eau, le poste d’observation D.F.C.I et la maison forestière de Saint-Trojan. Je roule ensuite sur la cyclable pour passer au Petit-Village et au site lui aussi incontournable des Salines.

http://www.port-des-salines.fr/

L’intérêt de ce circuit est de passer dans les sites les plus intéressants de l’île, rues marchandes de Dolus avec son très bon bouquiniste et de Saint-Pierre, l’église de Saint-Georges et sa cloche et Marais aux oiseaux mis à part.

2019oltour (2)

 

 

2019oltour (3)

 

 

2019oltour (4)

 

 

2019oltour (5)

http://www.ot-chateau-oleron.fr/

Le Château d’Oléron vaut la visite, que ce soit pour sa citadelle ou pour ses boutiques dans les cabanes du port, sa Fête de l’huître et du pineau et son très beau feu d’artifice … Un bon resto juste à l’entrée du port : L’Annex, cuisine façon tapas ou sur la plancha, réussie.

Site pittoreque aussi : les cabanes de La Baudissière entre Le Château et Boyardville avec la cabane « Chez Mamelou » très courrue.

Parcours entre marais, rivage avec vue sur le continent, l'île Madame, l'île d'Aix, Fort Boyard, Brouage, Rochefort, et plus loin La Rochelle.
Petite incursion dans les marais entre Les Allards, Arceau et l’Aiguille, coin très sauvage, propice à l’observation d’échassiers ou autres.

2019oltour (7)

 

 

2019oltour (8)

 

Passage à Boyardville qui comme son nom l’indique est un point de départ de croisières vers le fort du même nom ou l’île d’Aix, très joli site.

On longe ensuite la forêt des Saumonards avec ses jolies plages.

La trace que j’ai publiée part ensuite vers l’intérieur de l’île pour rester sur des pistes ou chemins. Aujourd’hui, j’ai voulu rester au plus près de l’eau et donc suis parti sur du bitume vers La Brée-les-Bains. On passe d’abord au port du Douhet, d’où part une cyclable vers le centre de l’île le long du chenal du même nom.
On peut observer plusieurs écluses à poissons entre La Brée et Chassiron : murets bâtis par l’homme destinés à la pêche.

http://www.saintdenisoleron.fr/decouvrir/le-petit-train-de-chassiron/ 
(le lien renvoie bien aux écluses à poissons, pas au peit train qui est aussi très joli à prendre)

 

2019oltour (12)

 

 

2019oltour (14)

 

 

2019oltour (16)

Le phare de Chassiron marque le bout de l’île et la nuit il balaye l’océan de son faisceau lumineux. Il répond aux autres phares de la côte …

C’est là que commence la Côte « sauvage », plein pied sur l’océan et en face de New-York …

2019oltour (19)

 

 

2019oltour (20)

 

Je longe la côté jusqu’au port de La Continière, site pittoresque et très touristique, incontournable, surtout le soir !

http://www.saint-pierre-oleron-tourisme.fr/decouvrir/le-port-de-peche-de-la-cotiniere/

Je continue ma route jusqu’au joli site de La Perroche pour aller ensuite chercher ce fameux single à la
Remigeasse et rallier Le-Grand-Village via la passe de l’Ecuissière et la forêt au niveau de Vert-Bois.

2019oltour (21)

 

 

2019oltour (23)

 

 

2019oltour (24)

 

Le vélo de garnotte, le gravel, est vraiment parfait pour ces types de terrains, très roulants même si parfois en peu cabossés. Je commence à avoir une certaine pratique de la chose, n’hésite pas à utiliser mon garnotte tant que la caillasse n’est pas trop grosse … Et ça envoie ! C’est du 29 pouces avec des développpements supérieurs et des boudins plus fins (je roule avec des Overide en 38 mm qui offrent un bon grip et un très bon rendement). Et dans les singles en virages, le vélo joue bien et est très réactif, ça révise un peu mes a-priori sur le 29 pouces …

 

 

13 mars 2019

Gourmand Tour

 

Je suis abonné au magazine 200, superbe revue qui s’intéresse au vélo de route « autrement ». Belles photos, beaux articles, expériences de vie, raids, matériel aussi, etc.
200 est à l’origine des « love tours », raids en bikepacking, non chronométrés, sans frais d’inscription …

J’ai imaginé le Love gourmand tour …

The « concept »

Le sport de haut-niveau est souvent accompagné de régimes très sévères. Un love Tour, c’est du sport de haut niveau, on y vient pour prendre du plaisir, pour se dépasser aussi. Ce ne doit pas être incompatible avec une gourmandise « modérée ».
J’ai souvent écrit sur le sujet sur ce blog : je fais très attention à mon alimentation quand je roule sur du long : pas plus de 1 burger ou 1 pizza, pas plus de 2 cocas ou 1 bière (et une à l’arrivée bien sûr) … Faut être sérieux !

2 versions de ce gourmand tour avec au programme les spécialité locales … Arrivée commune à Sète avec montée au Mont Saint-Clair et son superbe point de vue (1,6 km de montée, pente moyenne de 10,8 % avec un max à 20 % ...).

2075_gif

st clair

800x600_vue-st-clair-eglise-jp-degas-2014-2-copier-2459-5076-2980299

9004-vue-ville

 

 

 

Les étapes – Version 1

 

Etape  

Km +   court (hors autoroute)

Km   prévisibles

1

Cambrai   59 400 / Coucy-Le-Château-Auffrique 02380

83

100

2

Coucy-Le-Château-Auffrique   02380 / Troyes 10000

170

185

3

Troyes   10000 / Flavigny-sur-Ozerain 21150

118

130

4

Flavigny-sur-Ozerain   21150 / Chavignol 18300

157

175

5

Chavignol   18300 / Montmorillon 86500

200

220

6

Montmorillon   86500 / Saint-Léonard-de-Noblat 87400

93

110

7

Saint-Léonard-de-Noblat   87400 / Bort-les-Orgues 19110

116

130

8

Bort-les-Orgues   19110  / Rocamadour 46500

128

140

9

Rocamadour   46500 / Moissac 82200

120

135

10

Moissac   82200 / Castelnaudary 11400

124

130

11

Castelnaudary   11400 / Gruissan 11430

111

125

12

Gruissan   11430 / Sète 34200

77

85

 

Bêtises de Cambrai

Rissoles de Coucy

Andouillette de Troyes

Bonbons de Flavigny

Crottin de Chavignol

Macaron de Montmorillon

Massepain de Saint-Léonard-de-Noblat

Croquants de Bort-les-Orgues

Cabécou de Rocamadour

Chasselas de Moissac

Cassoulet de Castelnaudary

Huître de Gruissan

Tielle de Sète

 

 

 

 

 

 

Les étapes – Version 2

 

Etape  

Km +   court (hors autoroute)

Km   prévisibles

1

Pont-Aven   29930 / Le Croisic 44490

163

180

2

Le   Croisic 44490 / Nantes 44000

87

100

3

Nantes   44000 / Niort 7900

162

180

4

Niort   7900 / Montmorillon 86500

113

130

5

Montmorillon   86500 / Eymoutiers 87120

120

135

6

Eymoutiers   87120 / Rocamadour 46500

143

160

7

Rocamadour   46500 / Agen 47000

134

150

8

Agen   47000 / Gaillac 81600

120

130

9

Gaillac   81600 / Florac-Trois-Rivières 48400

188

210

10

Florac-Trois-Rivières   48400 / Uzès 30700

98

110

11

Uzès   30700 / Sète 34200

104

115

 

Galette de Pont-Aven

Coque du Croizic

Gâteau Nantais

L’angélique de Niort

Macaron de Montmorillon

Pelauds d’Eymoutiers

Cabécou de Rocamadour

Pruneau d’Agen

Muscadelle de Gaillac

Amélou de Florac

Croquignoles d’Uzès

Tielle de Sète

 

 

N’hésitez pas à me contacter si certaines étapes vous intéressent, je vous enverrai la trace road ou gravel (hou la la, je viens d’employer deux anglicismes sur trois mots …)

Posté par mastercycle à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
26 décembre 2018

Gravel vers Toulouse

Boucle de 75 km en garnotte (j’aime beaucoup ce terme employé par nos cousins d’outre-atlantique) au départ de Garidech, le long du Girou, vers Lapeyrouse-Fossat, Saint-Geniès, Saint-Loup-Cammas, Launaguet, le long des cyclables toulousaines pour aller rejoindre les Argoulets, circuit dans Balma par les sentiers ou les piétonniers, Lasbordes, Quint-Fonsegrives le long de la Saune, Lauzerville, Sainte-Foy d’Aigrefeuille, Saint-Pierre de Lages, Gauré, Nagen et les bords du Girou.

Gravel : le circuit présente pas mal de portions non goudronnées.

Circuit très agréable jonglant entre nature et agglomération. Pas de « perf », circuit fait le 26/12, les repas de Noël n’étaient pas encore bien « digérés » …

La trace : https://www.visugpx.com/QqGPDubtvv

C’était aussi l’occasion d’un test plus poussé de mon Stiff gravel customisé. Très satisfait du test : le terrain était gras par endroit, certaines portions étaient cassantes, il y avait du relief, le vélo répond bien, les roues et les gros pneus font leur boulot. J’ai choisi des pneus Hutchinson overide pour leur faible relief car je destine ce vélo à une pratique plus orientée route ou en tout cas à proportion plus importante de route et voulais donc conserver du rendement, ce que j’ai déjà constaté lors des sorties précédentes faites avec ce vélo. Pour ce qui est du chemin ou chemin cabossé même gras, le pneu accroche bien, peut patiner quand même en montée raide grasse (mais c'est normal), le confort viendra de la pression choisie.

Test très positif donc !

Je me répète : ce qui est sympa avec ces vélos de route plus compacts à gros boudins et freins à disque (j’ai du mal avec l’anglicisme Gravel), c’est que ça ouvre de nouveaux horizons dans la pratique cyclotouriste. Aujourd’hui, je suis passé sur des chemins que je connaissais mais que je ne pratiquais plus en VTT, j’ai découvert des petites liaisons non goudronnées pour rallier des routes que je connais, je me suis même engagé sur un chemin puis un labour puis un petit roncier puis j'ai fait demi-tour comme je peux faire en VTT … Je pense que c’est un super vélo pour tous ceux qui aimeraient tâter du chemin ou du hors-piste sans investir dans un VTT pur, et c’est un super vélo pour des vététistes purs qui rechignent à tâter du goudron … Et ça permet de faire plus de kilomètres qu'en VTT pur ...

 

 

29 septembre 2018

Gravel ? Gravier ? Allroad ? Cyclo-muletier ? Gravelle ou Garnotte ?

 

 

Si vous vous intéressez un petit peu au vélo, vous n’avez pas manqué l’évènement « gravel » … Les grandes marques nous ont présenté il y a 3 ans environ ce « concept » comme nouveau dans le monde du vélo.

Le gravel, c’est quoi ? C’est du vélo de route qui se permet de temps en temps de faire quelques incursions sur du chemin gravillonneux, du chemin forestier, à mi-chemin (c’est le cas de le dire) du VTT … C’est un vélo qui sera toujours performant sur le goudron et qui pourra aussi performer sur des voies plus cahotiques … Du cyclocross au long cours quoi …
Cette publication n’est pas un coup de gueule pour dire que le gravel n’a rien de nouveau, bien au contraire, je veux juste souligner le fait que ce type de vélo revient à l’essence même du vélo originel, l’Adam (et l’Ève, les dames aussi y ont droit) historique : les premiers vélos se tapaient des routes pas vraiment bitumées … Et depuis toujours les cyclos se sont intéressés aux pistes non bitumées …
Ce qui est nouveau par contre, c'est que les fabricants de vélo ont travaillé pour développer des vélos spécifiques pour cette pratique mixte : cadre entre VTT et route, freins à disques, guidon spécifique, etc.

gravel 1

gravel 2

gravel 3

 

 

 

Oui, d’accord, dans le Midwest des EU (USA pour les anglophones) les cyclistes ont pris l’habitude de rouler sur les petites routes et chemins non-goudronnés depuis une dizaine d’années. A l’époque, les riders bidouillaient leur vélo de cyclocross ou de route en leur ajoutant les plus gros pneus qui passaient entre les bases pour encaisser les chocs. Des courses d’endurance existaient déjà là-bas … Mais moi j’ai des images en noir et blanc de cyclos sur les routes forestières ou montagnardes ou simplement les premiers tous de France …
Et même les ricains reconnaissent qu’ils n’ont pas la paternité historique du Mountain bike, ils l’ont rendu populaire, merci à eux !
Pareil pour le gravel.

Voilà pourquoi j’aime bien le terme « allroad » ou plus français cyclo-muletier.

Le gravel, donc, c’est pas nouveau mais malgré tout ça redonne un sens à la pratique cycliste « routière »: prendre plaisir sur la route et ne pas avoir peur de s’engager sur un chemin en se disant « Mais où va-t-il celui-là ? ».
Ce matin par exemple, j’avais prévu de faire une longue sur route mais je suis parti un peu tard, j’ai donc révisé à la baisse mes prétentions. Je roule sur les coteaux entre Castelmaurou et Saint-Loup-Cammas pour aller chercher Launaguet et le canal. Je me fais d’abord doubler par 2 fanas du chrono amenés par un avion roulant sur un aéro avec cintre de chrono. Mais là n’est pas mon propos, je disgresse. Je continue ma route, vais chercher le canal des deux mers à Lacourtensourt et suis le dit-canal, passe le pont-canal sur l’Hers et arrive à Saint-Rustice. Je décide de monter sur les coteaux et je prends un chemin en terre et gravier cahotique, je fais du gravel quoi, du cyclo quoi, et ça passe. En fin de parcours, je prendrai aussi une petite liaison en terre et gravier du côté de la forêt de Buzet.

 

Je fais du VTT, du vrai, du que tu pourrais pas passer même avec un gravel, sans prétention. Je fais du tandem VTT aussi, avec mon fils, avec des potes, et surtout avec Bruno et mes amis résidents du foyer Marie-Louise de Gratentour. Je fais de la route aussi avec mon « vieux » Look KG381 qui (je trouve) a un sacré look … Et je fais déjà du gravel avec mes roues Mavic Ksyrium et mes pneus en 25 mm, ça secoue un peu … Mais je vais sans doute quand même me mettre au « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques » pour que ça secoue moins tout en ayant une machine performante sur route, moi qui suis un inconditionnel du 26’’, amoureux du titane (même suspendu), adepte quand même du tubeless (pour crever, faut vraiment le vouloir), du frein à disque et de la tige télescopique (je ne suis donc pas réfractaire à la nouveauté, même si historiquement cette nouveauté va souvent chercher dans des concepts développés il y a bien longtemps …).

Le gravel en fait « réunifie » les pratiques cyclistes. Elle ont tellement été segmentées qu'on pouvait croire qu'il fallait au moins 3 vélos pour pouvoir rouler : route, cyclo, aéro, cross, cross-country, marathon, descente, enduro, all mountain, etc. En compétition ou en pratique extrême, cette segmentation est obligatoire.
Je me suis toujours refusé pour ma part et avec ma pratique à cette catégorisation, même si on peut quand définir 2 grandes familles : le vélo de route et le tout-terrain (avec le mien, je passe dans des secteurs bien raides mais sans l'engagement d'un descendeur ou d'un enduriste). Je n'oublie pas le BMX ou le trial.
Le gravel (mince, voilà que j'emploie sans problème ce terme, mais c'est un peu long « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques », nos cousins québécois disent « vélo à gravelle » ou « à garnotte ») est un bon trait d'union entre ces deux familles ... Il doit permettre de rouler sur route et sur des chemins que l'on ne pratiquerait pas forcément pas en VTT, il doit donc ouvrir de nouveaux horizons ... Pas besoin d'acheter un 3ème vélo par contre, le gravel remplace le vélo de route (pas pour les purs routiers qui ne fréquentent que les nationales ou départementales au goudron parfait). Je vous en reparlerai bientôt sur ce blog avec un test, en espérant ne pas me tromper dans mon analyse préliminaire ...


Cela relève aussi d'un certain état d'esprit qui donne plus de place au plaisir qu'au chronomètre. Chronomètre qui souvent pousse certains routiers à ne pas répondre à un salut convivial (il est vrai que lever la main une demie seconde ou dire « Salut ! » te plombe le chrono), encore moins quand le mec qui te salue ose rouler sur le goudron avec de gros boudins à crampons. Les vrais cyclos ou les cyclistes au long court te rendront avec plaisir ton salut ! (encore une disgression ...)

 

Et en France il y a quelques marques qui méritent le coup de pub question vélo et gravel :

 

Stiff : https://www.stiffbicycles.com/fr/accueil/ (beaux vélos carbone, fabriqués en Asie mais avec un cahier des charges, une conception et un assemblage en France, test à venir dans ces pages)

 

Caminade : https://caminade.eu/

 

Distance : https://distance.bike/ (site ouvert mais produits pas encore disponibles)

 

Histoire : http://www.histoire.bike/

 

Léon (Ah, le titane …) : https://cycles-leon.com/

 

Victoire : http://www.victoire-cycles.com/fr/

  

2-11 : https://www.2-11cycles.fr/21-randonneusesgravel

 

Fée du vélo : https://www.feeduvelo.com/

 

ETC … Il y a de beaux vélos à se monter avec des budgets pas forcément supérieurs à des vélos de série …

 

J’ai déjà parlé sur ce blog de l’excellent site « Bike Café », je vous invite à y lire l’article sur le gravel au début de son apparition (ou de sa réapparition si on n’oublie pas les cyclo-muletiers originels) sur le vieux continent :

 

https://bike-cafe.fr/2015/03/le-gravel-bike-un-velo-concu-pour-arpenter-de-nouvelles-routes/

 

 

Posté par mastercycle à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,