31 mai 2019

Où le vent te mènera …

Ce soir, j’avais envie d’aller rouler en garnotte en semi-nocturne. Quand je roule sur route ou en gravel, je vérifie toujours d’où vient le vent, je pars en général face au vent pour revenir plus facile, ou alors vent de dos pour se faire mal au retour … Ce soir, il n’y avait pas de vent … Je me dis, tu vas longer le Girou, passer à Gragnague, prendre un chemin que je n’avais pas pris depuis un moment, puis aller pourquoi par vers Beaupuy, puis Flourens … Finalement, je suis parti vers Rouffiac, et là je me suis dit « Ça fait longtemps que tu l’as pas fait celui-là. », je suis donc remonté vers Castelmaurou. Et je me suis « Et si tu allais chercher Saint-Geniès pour faire la descente sur Launaguet et aller vers Toulouse …»
À Launaguet, je me suis dit « Et si tu allais longer l’Hers » … Alors je suis allé par là, je suis remonté vers Gratentour, et là je ne pouvais pas manquer le bois entre Gratentour et Cépet …

Arrivé à Cépet, je me suis « Et si tu allais vers la forêt royale ... ». Alors je suis allé tourner autour de Vacquiers, entre forêt et vignoble frontonnais. Et ensuite, je ne pouvais pas ne pas passer dans la forêt de Buzet …

Enfin, je devais passer aux Mortiers … Mais cela faisait un moment que je ne n’avais pas fait le chemin vers Gémil …

C’est bon de rouler sans direction précise, juste pour aligner quelques kilomètres en se faisant plaisir.

Entre chien et loup … Boucle faite en semi-nocturne, le gibier sort aux derniers rayons du soleil. Rapaces, lièvres, chevreuils …

 

La trace : https://www.visugpx.com/StuiV8PE6X

 

Petit salut à Stéphane Mi. : « Ta » flaque dans le petit bois du côté de Vacquiers est toujours là, je pense y installer une plaque commémorative de ta façon d'aborder les coins bien trempés style pilote de char d'assaut. Cyril et Pascal de la Farfelue Team sont pas mal eux aussi ...

 

G 310519 (3)

G 310519 (5)

G 310519 (6)

G 310519 (8)

G 310519 (9)

G 310519 (10)

G 310519 (16)

G 310519 (22)

 

 

 

Et c’est quoi cette nouvelle manie de rouler sur du chemin voire du tout-terrain avec des vélos de course ? C’est que se disent les vététistes que je croise quand je fais de la garnotte ou les routiers qui me voient débouler d’un  chemin très chaotique, faire un brin de route avec eux et repartir sur la gauche (ou sur la droite, ou en face) ensuite sur un autre chemin …

Si la question se pose (j’ai déjà pas mal écrit sur le sujet) c’est que ce type de vélo fait vraiment le lien entre toutes les pratiques cyclistes, toujours ce retour aux sources du cyclo d’autrefois ou du cyclomuletier avec la technologie d’aujourd’hui, je suis même sûr que tu peux te lancer avec sur une piste de BMX race et t’amuser …

Avec des roues de 700 même équipées de « gros » boudins de 38 mm, tu réapprends (ou tu apprends) à piloter, à rouler fluide, léger, quand ça tabasse. Seule limite quand même pour moi et qui justifiera l'utilsation  du VTT : la grosse caillasse.

Je me suis surpris ce soir à passer deux petits murs en 44/42 que je passe habituellement sur mon plus petit rapport en VTT, question rendement, ça envoie, attention à l’euphorie et à s’obliger à gérer sur de la longue …

 

 

 


23 mars 2019

Gravel entre Girou, Agout, Dadou et Tarn

 

Belle boucle vers le Tarn avec de belles portions de garnotte et tout-terrain.

Le circuit longe d’abord le Girou pour aller chercher le très joli lac de La Balerme, une quinzaine de kilomètres exclusivement gravel/tout-terrain. Ensuite, on prend du goudron pour rallier Montcabrier puis Bannières.

230319 (1)

230319 (2)

230319 (3)

230319 (4)

 


Là, on suit le très joli chemin de La Landy, on passe au lac du Messal pour ensuite faire un bout de la voie romaine qui rallie Massac-Séran à Puylaurens.
On passe à Viterbe, puis Fiac, réputé pour son golf.

230319 (6)

230319 (8)

Le circuit rejoint le sentier des crêtes entre Briatexte et Graulhet. Il y a de quoi faire en tout-terrain sur le secteur.
J’ai fait halte à Briatexte pour manger au restaurant-bar de France : patron très sympa et on mange bien pour pas cher.

230319 (9)

230319 (10)

230319 (11)

Le circuit part ensuite vers Giroussens.

Comme j’ai pas mal essayé de chemins sur le parcours (la trace non « nettoyée » fait quelques bons kilomètres de plus …) pour sortir cette trace, je n’ai pas fait ce que j’avais prévu au départ : traverser la forêt de Giroussens pour rejoindre ensuite Rabastens, passer à Mézens et traverser la forêt de Buzet …

Après Giroussens, le circuit passe à Saint-Sulpice-la-pointe, fin de circuit gravel vers Roquesérière et Montastruc-la-Conseillère.

 

 

230319 (13)

230319 (14)

230319 (16)

230319 (17)

230319 (18)

 

 

Je me régale à rouler avec mes trois vélos (VTT, tandem et garnotte), aujourd’hui j’ai pu encore une fois rallier des sites VTT que je connais mais où j’allais en voiture, j’ai aussi découvert des chemins que je ne connaissais pas.
Le vélo de garnotte est vraiment bien plus qu’un phénomène marketing, par contre il surprend quand on se frotte à du tout-terrain et qu’on croise des vététistes et il interpelle les routiers avec ses gros pneus …
Et peu importe la pratique, faites du vélo : sur route, VTT, sur roulettes, avec assistance, peu importe, c’est bon pour la santé et ça ouvre de jolis horizons !

Le printemps est là, les fleurs sont de sortie, les fruitiers sauvages sont en fleur, les premières semences ont germé, les animaux sortent de la torpeur hivernale.

 

Début de circuit jusqu’à la Balerme fait avec deux membres de la Farfelue Team garidéchoise : Philippe et Sylvain, merci à eux pour la compagnie bien sympathique.

 

230319 (5)

 

Il faut juste faire attention à une chose en gravel : on roule plus vite qu’en VTT, on a donc l’impression que c’est plus facile, on appuie plus, ça envoie mais on dépense quand même de l’énergie et sur la route ensuite il faut « assurer », donc il faut bien gérer son effort, notamment sur de la longue …

 La trace du jour : https://www.visugpx.com/XXCcFDqeig

 Comme souvent à la publication : dénivelés et moyenne réels plus importants ...

 

 

 

13 mars 2019

Gourmand Tour

 

Je suis abonné au magazine 200, superbe revue qui s’intéresse au vélo de route « autrement ». Belles photos, beaux articles, expériences de vie, raids, matériel aussi, etc.
200 est à l’origine des « love tours », raids en bikepacking, non chronométrés, sans frais d’inscription …

J’ai imaginé le Love gourmand tour …

The « concept »

Le sport de haut-niveau est souvent accompagné de régimes très sévères. Un love Tour, c’est du sport de haut niveau, on y vient pour prendre du plaisir, pour se dépasser aussi. Ce ne doit pas être incompatible avec une gourmandise « modérée ».
J’ai souvent écrit sur le sujet sur ce blog : je fais très attention à mon alimentation quand je roule sur du long : pas plus de 1 burger ou 1 pizza, pas plus de 2 cocas ou 1 bière (et une à l’arrivée bien sûr) … Faut être sérieux !

2 versions de ce gourmand tour avec au programme les spécialité locales … Arrivée commune à Sète avec montée au Mont Saint-Clair et son superbe point de vue (1,6 km de montée, pente moyenne de 10,8 % avec un max à 20 % ...).

2075_gif

st clair

800x600_vue-st-clair-eglise-jp-degas-2014-2-copier-2459-5076-2980299

9004-vue-ville

 

 

 

Les étapes – Version 1

 

Etape  

Km +   court (hors autoroute)

Km   prévisibles

1

Cambrai   59 400 / Coucy-Le-Château-Auffrique 02380

83

100

2

Coucy-Le-Château-Auffrique   02380 / Troyes 10000

170

185

3

Troyes   10000 / Flavigny-sur-Ozerain 21150

118

130

4

Flavigny-sur-Ozerain   21150 / Chavignol 18300

157

175

5

Chavignol   18300 / Montmorillon 86500

200

220

6

Montmorillon   86500 / Saint-Léonard-de-Noblat 87400

93

110

7

Saint-Léonard-de-Noblat   87400 / Bort-les-Orgues 19110

116

130

8

Bort-les-Orgues   19110  / Rocamadour 46500

128

140

9

Rocamadour   46500 / Moissac 82200

120

135

10

Moissac   82200 / Castelnaudary 11400

124

130

11

Castelnaudary   11400 / Gruissan 11430

111

125

12

Gruissan   11430 / Sète 34200

77

85

 

Bêtises de Cambrai

Rissoles de Coucy

Andouillette de Troyes

Bonbons de Flavigny

Crottin de Chavignol

Macaron de Montmorillon

Massepain de Saint-Léonard-de-Noblat

Croquants de Bort-les-Orgues

Cabécou de Rocamadour

Chasselas de Moissac

Cassoulet de Castelnaudary

Huître de Gruissan

Tielle de Sète

 

 

 

 

 

 

Les étapes – Version 2

 

Etape  

Km +   court (hors autoroute)

Km   prévisibles

1

Pont-Aven   29930 / Le Croisic 44490

163

180

2

Le   Croisic 44490 / Nantes 44000

87

100

3

Nantes   44000 / Niort 7900

162

180

4

Niort   7900 / Montmorillon 86500

113

130

5

Montmorillon   86500 / Eymoutiers 87120

120

135

6

Eymoutiers   87120 / Rocamadour 46500

143

160

7

Rocamadour   46500 / Agen 47000

134

150

8

Agen   47000 / Gaillac 81600

120

130

9

Gaillac   81600 / Florac-Trois-Rivières 48400

188

210

10

Florac-Trois-Rivières   48400 / Uzès 30700

98

110

11

Uzès   30700 / Sète 34200

104

115

 

Galette de Pont-Aven

Coque du Croizic

Gâteau Nantais

L’angélique de Niort

Macaron de Montmorillon

Pelauds d’Eymoutiers

Cabécou de Rocamadour

Pruneau d’Agen

Muscadelle de Gaillac

Amélou de Florac

Croquignoles d’Uzès

Tielle de Sète

 

 

N’hésitez pas à me contacter si certaines étapes vous intéressent, je vous enverrai la trace road ou gravel (hou la la, je viens d’employer deux anglicismes sur trois mots …)

Posté par mastercycle à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
20 février 2019

Petite boucle en garnotte sur les terres de Riquet

Circuit gravel entre Garidech, Gragnague, Bonrepos-Riquet et Verfeil.

J’ai déjà écrit que j’aimais beaucoup le terme employé par nos cousins d’outre-atlantique pour désigner le vélo gravel.
Je suis toujours et donc définitivement ravi de mon vélo de garnotte. Il ne remplacera pas mon VTT mais offre vraiment un lien entre la route et le chemin.
Cette boucle sur les terres de Riquet l’illustre bien : j’ai emprunté des chemins sur lesquels on pourrait s’ennuyer en VTT (très roulants, ou dont l’accès se fait par de longues portions goudronnées) et roulé sur le goudron comme un cyclo. Bien plus qu’un phénomène marketing et même si la pratique gravel est beaucoup plus répandue chez les ricains car la géographie s’y prête et que les pistes sont nombreuses, le vélo de garnotte a toute sa place chez nous (certaines régions sont particulièrement adaptées), et il permet, pour les cyclistes qui veulent un seul vélo, de se faire doublement plaisir. Pour ma part tout de même, le VTT ouvrira ensuite d’autres horizons ..

J’ai profité du beau soleil qui nous accompagne en cette fin de mois, les chemins ont un peu séché (j’ai quand même dû laver le vélo en rentrant), l’hiver n’est quand même pas terminé et l’eau est bien là …

Je voulais publier quelques photos, petit bug, j’ai effacé … Heureusement, je ne suis pas loin, partie remise … Superbes vues sur les coteaux et les Pyrénées, passage devant le château de Bonrepos-Riquet, passage au lac du Laragou. Possibilité de continuer sur d’autres traces, notamment vers le lac de la Balerme … J’aime aussi flâner à vélo …

La trace : https://www.visugpx.com/I5H3PJ0Fo2

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
26 décembre 2018

Gravel vers Toulouse

Boucle de 75 km en garnotte (j’aime beaucoup ce terme employé par nos cousins d’outre-atlantique) au départ de Garidech, le long du Girou, vers Lapeyrouse-Fossat, Saint-Geniès, Saint-Loup-Cammas, Launaguet, le long des cyclables toulousaines pour aller rejoindre les Argoulets, circuit dans Balma par les sentiers ou les piétonniers, Lasbordes, Quint-Fonsegrives le long de la Saune, Lauzerville, Sainte-Foy d’Aigrefeuille, Saint-Pierre de Lages, Gauré, Nagen et les bords du Girou.

Gravel : le circuit présente pas mal de portions non goudronnées.

Circuit très agréable jonglant entre nature et agglomération. Pas de « perf », circuit fait le 26/12, les repas de Noël n’étaient pas encore bien « digérés » …

La trace : https://www.visugpx.com/QqGPDubtvv

C’était aussi l’occasion d’un test plus poussé de mon Stiff gravel customisé. Très satisfait du test : le terrain était gras par endroit, certaines portions étaient cassantes, il y avait du relief, le vélo répond bien, les roues et les gros pneus font leur boulot. J’ai choisi des pneus Hutchinson overide pour leur faible relief car je destine ce vélo à une pratique plus orientée route ou en tout cas à proportion plus importante de route et voulais donc conserver du rendement, ce que j’ai déjà constaté lors des sorties précédentes faites avec ce vélo. Pour ce qui est du chemin ou chemin cabossé même gras, le pneu accroche bien, peut patiner quand même en montée raide grasse (mais c'est normal), le confort viendra de la pression choisie.

Test très positif donc !

Je me répète : ce qui est sympa avec ces vélos de route plus compacts à gros boudins et freins à disque (j’ai du mal avec l’anglicisme Gravel), c’est que ça ouvre de nouveaux horizons dans la pratique cyclotouriste. Aujourd’hui, je suis passé sur des chemins que je connaissais mais que je ne pratiquais plus en VTT, j’ai découvert des petites liaisons non goudronnées pour rallier des routes que je connais, je me suis même engagé sur un chemin puis un labour puis un petit roncier puis j'ai fait demi-tour comme je peux faire en VTT … Je pense que c’est un super vélo pour tous ceux qui aimeraient tâter du chemin ou du hors-piste sans investir dans un VTT pur, et c’est un super vélo pour des vététistes purs qui rechignent à tâter du goudron … Et ça permet de faire plus de kilomètres qu'en VTT pur ...

 

 

15 décembre 2018

Essai probant

 

 

Je ne me suis pas trompé dans mon montage garnotte pour l’usage que je veux en faire : le Stiff envoie bien sur la route, est très réactif, le confort est là aussi.

Question développement, 44 devant et 11-42 derrière, pas de souci dans les montées et ça envoie bien aussi sur plat, bien sûr pas à la cadence des purs coursiers, les développements ne correspondent pas à ça. Mais je n’ai jamais cherché à rouler façon coursier, j’aime bien profiter du paysage, m’arrêter pour prendre des photos et dire bonjour (il faut avouer que dire bouger ou répondre de la main au salut d’un cyclo, ça ralentit méchamment la cadence …)

Côté gravier, confort et rendement à la clé, à tester plus longuement.

Le gravel est vraiment bien plus qu’un coup marketing des grandes marques, son succès le prouve aussi, ce vélo revient à l’essence même de la petite reine : passer sur toutes les routes et chemins, comme le faisaient les premières randonneuses.

Sur la toile, on verra pas mal de vidéos de fous furieux qui passent vraiment partout avec leur gravel, je reste persuadé que quand ça devient cassant le VTT est incontournable et qu'il ouvre d'autres horizons.
Comme je reste persuadé que pour ma taille, le 26 pouces suffit ou le 27,5 peut correspondre.

Le vélo évolue bien sûr, de nouveaux produits, de nouveaux concepts apparaissent (qui parfois reprennent de bien vieilles inventions). Par exemple, beaucoup ne jurent que par le Fat bike, y compris sur nos terres européennes. La paternité du Fat bike se joue entre l’Alaska et le Nouveau-Mexique, là-bas il y a de la neige ou du sable, voilà pourquoi des cyclistes ont mis au point ces vélos à très gros boudins.
Oui, c’est hyper confortable, mais pour lancer la machine et tenir le rythme, il faut dépenser un paquet d’énergie …

Et après tout, que chaucun trouve son compte, peut importe la monture !

 

 

 

Posté par mastercycle à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 décembre 2018

Garnotte

 

J’aime beaucoup le terme employé par nous cousins d’outre-atlantique pour désigner ces vélos : vélos de garnotte …

Montage récent sur base de cadre STIFF, roues montées par jpracing (moyeux Hope, rayons Sapim, jantes ZTR Grail), groupe SRAM Rival 1, selle Astute, chaîne KMC, pédales Crankbrothers … De belles perspectives sportives à réaliser sur ce vélo …

 

stiff

 

 

 

Posté par mastercycle à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 septembre 2018

Gravel ? Gravier ? Allroad ? Cyclo-muletier ? Gravelle ou Garnotte ?

 

 

Si vous vous intéressez un petit peu au vélo, vous n’avez pas manqué l’évènement « gravel » … Les grandes marques nous ont présenté il y a 3 ans environ ce « concept » comme nouveau dans le monde du vélo.

Le gravel, c’est quoi ? C’est du vélo de route qui se permet de temps en temps de faire quelques incursions sur du chemin gravillonneux, du chemin forestier, à mi-chemin (c’est le cas de le dire) du VTT … C’est un vélo qui sera toujours performant sur le goudron et qui pourra aussi performer sur des voies plus cahotiques … Du cyclocross au long cours quoi …
Cette publication n’est pas un coup de gueule pour dire que le gravel n’a rien de nouveau, bien au contraire, je veux juste souligner le fait que ce type de vélo revient à l’essence même du vélo originel, l’Adam (et l’Ève, les dames aussi y ont droit) historique : les premiers vélos se tapaient des routes pas vraiment bitumées … Et depuis toujours les cyclos se sont intéressés aux pistes non bitumées …
Ce qui est nouveau par contre, c'est que les fabricants de vélo ont travaillé pour développer des vélos spécifiques pour cette pratique mixte : cadre entre VTT et route, freins à disques, guidon spécifique, etc.

gravel 1

gravel 2

gravel 3

 

 

 

Oui, d’accord, dans le Midwest des EU (USA pour les anglophones) les cyclistes ont pris l’habitude de rouler sur les petites routes et chemins non-goudronnés depuis une dizaine d’années. A l’époque, les riders bidouillaient leur vélo de cyclocross ou de route en leur ajoutant les plus gros pneus qui passaient entre les bases pour encaisser les chocs. Des courses d’endurance existaient déjà là-bas … Mais moi j’ai des images en noir et blanc de cyclos sur les routes forestières ou montagnardes ou simplement les premiers tous de France …
Et même les ricains reconnaissent qu’ils n’ont pas la paternité historique du Mountain bike, ils l’ont rendu populaire, merci à eux !
Pareil pour le gravel.

Voilà pourquoi j’aime bien le terme « allroad » ou plus français cyclo-muletier.

Le gravel, donc, c’est pas nouveau mais malgré tout ça redonne un sens à la pratique cycliste « routière »: prendre plaisir sur la route et ne pas avoir peur de s’engager sur un chemin en se disant « Mais où va-t-il celui-là ? ».
Ce matin par exemple, j’avais prévu de faire une longue sur route mais je suis parti un peu tard, j’ai donc révisé à la baisse mes prétentions. Je roule sur les coteaux entre Castelmaurou et Saint-Loup-Cammas pour aller chercher Launaguet et le canal. Je me fais d’abord doubler par 2 fanas du chrono amenés par un avion roulant sur un aéro avec cintre de chrono. Mais là n’est pas mon propos, je disgresse. Je continue ma route, vais chercher le canal des deux mers à Lacourtensourt et suis le dit-canal, passe le pont-canal sur l’Hers et arrive à Saint-Rustice. Je décide de monter sur les coteaux et je prends un chemin en terre et gravier cahotique, je fais du gravel quoi, du cyclo quoi, et ça passe. En fin de parcours, je prendrai aussi une petite liaison en terre et gravier du côté de la forêt de Buzet.

 

Je fais du VTT, du vrai, du que tu pourrais pas passer même avec un gravel, sans prétention. Je fais du tandem VTT aussi, avec mon fils, avec des potes, et surtout avec Bruno et mes amis résidents du foyer Marie-Louise de Gratentour. Je fais de la route aussi avec mon « vieux » Look KG381 qui (je trouve) a un sacré look … Et je fais déjà du gravel avec mes roues Mavic Ksyrium et mes pneus en 25 mm, ça secoue un peu … Mais je vais sans doute quand même me mettre au « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques » pour que ça secoue moins tout en ayant une machine performante sur route, moi qui suis un inconditionnel du 26’’, amoureux du titane (même suspendu), adepte quand même du tubeless (pour crever, faut vraiment le vouloir), du frein à disque et de la tige télescopique (je ne suis donc pas réfractaire à la nouveauté, même si historiquement cette nouveauté va souvent chercher dans des concepts développés il y a bien longtemps …).

Le gravel en fait « réunifie » les pratiques cyclistes. Elle ont tellement été segmentées qu'on pouvait croire qu'il fallait au moins 3 vélos pour pouvoir rouler : route, cyclo, aéro, cross, cross-country, marathon, descente, enduro, all mountain, etc. En compétition ou en pratique extrême, cette segmentation est obligatoire.
Je me suis toujours refusé pour ma part et avec ma pratique à cette catégorisation, même si on peut quand définir 2 grandes familles : le vélo de route et le tout-terrain (avec le mien, je passe dans des secteurs bien raides mais sans l'engagement d'un descendeur ou d'un enduriste). Je n'oublie pas le BMX ou le trial.
Le gravel (mince, voilà que j'emploie sans problème ce terme, mais c'est un peu long « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques », nos cousins québécois disent « vélo à gravelle » ou « à garnotte ») est un bon trait d'union entre ces deux familles ... Il doit permettre de rouler sur route et sur des chemins que l'on ne pratiquerait pas forcément pas en VTT, il doit donc ouvrir de nouveaux horizons ... Pas besoin d'acheter un 3ème vélo par contre, le gravel remplace le vélo de route (pas pour les purs routiers qui ne fréquentent que les nationales ou départementales au goudron parfait). Je vous en reparlerai bientôt sur ce blog avec un test, en espérant ne pas me tromper dans mon analyse préliminaire ...


Cela relève aussi d'un certain état d'esprit qui donne plus de place au plaisir qu'au chronomètre. Chronomètre qui souvent pousse certains routiers à ne pas répondre à un salut convivial (il est vrai que lever la main une demie seconde ou dire « Salut ! » te plombe le chrono), encore moins quand le mec qui te salue ose rouler sur le goudron avec de gros boudins à crampons. Les vrais cyclos ou les cyclistes au long court te rendront avec plaisir ton salut ! (encore une disgression ...)

 

Et en France il y a quelques marques qui méritent le coup de pub question vélo et gravel :

 

Stiff : https://www.stiffbicycles.com/fr/accueil/ (beaux vélos carbone, fabriqués en Asie mais avec un cahier des charges, une conception et un assemblage en France, test à venir dans ces pages)

 

Caminade : https://caminade.eu/

 

Distance : https://distance.bike/ (site ouvert mais produits pas encore disponibles)

 

Histoire : http://www.histoire.bike/

 

Léon (Ah, le titane …) : https://cycles-leon.com/

 

Victoire : http://www.victoire-cycles.com/fr/

  

2-11 : https://www.2-11cycles.fr/21-randonneusesgravel

 

Fée du vélo : https://www.feeduvelo.com/

 

ETC … Il y a de beaux vélos à se monter avec des budgets pas forcément supérieurs à des vélos de série …

 

J’ai déjà parlé sur ce blog de l’excellent site « Bike Café », je vous invite à y lire l’article sur le gravel au début de son apparition (ou de sa réapparition si on n’oublie pas les cyclo-muletiers originels) sur le vieux continent :

 

https://bike-cafe.fr/2015/03/le-gravel-bike-un-velo-concu-pour-arpenter-de-nouvelles-routes/

 

 

Posté par mastercycle à 22:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,