17 février 2019

Signes quand on roule en groupe sur route

Tendre le bras à gauche ou à droite à l’horizontale

 

C’est le signe que tout le monde connaît pour tourner à gauche ou à droite.

Lorsque vous tendez le bras, votre bras n’est pas un clignotant ! Il ne va pas rester en l’air pendant toute la manoeuvre.
Donc cherchez le contact visuel avec l’automobiliste et si vous constatez qu’il ne vous regardait pas quand vous avez levé le bras, refaites le geste !

 

Pointer du doigt vers le sol

 

« Attention, obstacle ! il y a un caillou ou un trou ou un objet à éviter »

Ce signe peut être fait par exemple avec la main droite pour le cycliste qui passe à gauche du danger puis avec la main gauche par le cycliste suivant, s’il passe à droite du danger.

 

 

Tendre la main vers le sol et la secouer

 

« Attention, il y a du gravier, du sable, un mauvais revêtement »

Généralement c’est dans le bord, donc il faut s’écarter pour l’éviter ou passer doucement.

 

 

Rabattre sa main derrière droite 1-2x dans le dos

« Attention, écartez-vous ! » ou « tassez-vous »                        

Il y a un obstacle (bord de trottoir, piétons au bord de la route, cycliste plus lent, voiture parquée etc.) et il faut s’en écarter pour passer.

 

 

Passer le bras 1-2 x dans le dos de gauche à droite

 

« Attention, il y a un obstacle en travers de la chaussée (sur toute sa largeur) »

Il faut se préparer à ralentir, à lever les fesses de la selle pour ne pas « taper » sur le l’obstacle.

 

 

Tendre le bras vers le sol, avec la main horizontale qui « presse » vers le sol

 

« Ralentir ! » car ça freine devant ou parce que le revêtement est mauvais (travaux, passage dangereux etc.)

C’est le signe traditionnel utilisé par tous (piétons, automobiliste) pour demander à un véhicule de ralentir.

 

 

Lever la main au-dessus de la tête

 

« Stop ! »

Tout le monde doit s’arrêter ( à un stop, un feu rouge etc.) et souvent on crie en même temps : « Stop ! » pour éviter de se rentrer dedans…

 

Posté par mastercycle à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2018

 

Faire le trou : suite à une attaque, mettre ses adversaires à bonne distance.
 

Julian-Alaphilippe-remporte-la-Fleche-Wallonne

 

 

 


Faire parler la classe : prendre la direction des opérations et dominer ses adversaires, sans qu’ils puissent contre-attaquer.
 

 

 

 

Courir à la pédale : courir sans plus réfléchir, sans considération tactique.

pédales bis

Posté par mastercycle à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2018

Avoir la socquette en titane : avoir la pédale légère, pédaler facile.

 

 

 

 

Se retrouver dehors : être distancé, ne pas tenir le rythme.

 

Wouter_Poels_&_voiture-balai

Faire de la mobylette : profiter de l’aspiration derrière un autre coureur.

aspi

 

 




Mettre un siffleur : choisir un boyau très léger.

boyau

Posté par mastercycle à 19:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2018

 

Être un couraillon : courir sans mérite, sans se distinguer dans les courses.

 

 

 

Faire de la patinette : se laisser porter par la course sans y participer vraiment, tout en donnant l'impression d'être dans le coup.

 

 

 

 

Mettre la barbiche/la chape : devancer d'extrême justesse un adversaire sur la ligne d'arrivée d'une course : il faut quelquefois la consultation de la "photo-finish" pour décider du vainqueur.

weenig-kloden-tour-de-france-gerardmer-2005

 

 

 

 

Mettre la flèche : abandonner une course.

x1080-O-N

 

Posté par mastercycle à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2018

Mettre la grande soucoupe : rouler sur le grand plateau.

 

grand-plateau-50e7a05

 

 

 

 

Monter aux balustrades (expression liée surtout à la piste) : lorsqu’un coureur ne veut pas être doublé, il oblige son adversaire à monter le long de la balustrade et ainsi l'enferme. Cette expression s'applique aussi au coureur, qui veut se donner l’élan nécessaire au démarrage d'un sprint ;des balustrades, il plonge au bord de la piste.
peut s'appliquer aussi sur un sprint d'arrivée sur route quand un coureur ferme la voie à un autre.
 

balustrade piste

photo-1499183328

 

 


Monter avec la grosse : monter un col avec un développement trop grand par rapport à la pente, en utilisant le grand plateau et un pignon relativement petit.
 

 

 

 


Monter d’une jambe : monter « facile », avec aisance malgré la pente. 

quadriceps

 

 

 

Posté par mastercycle à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 septembre 2017

 

 

 

 

Ajuster : c'est venir devancer, sur la ligne d'arrivée ou dans les derniers mètres d'un sprint, un adversaire qui était tout près de gagner. « Tu fais le mort pendant deux cents kilomètres et tu viens ajuster toute la meute sur la fin. » (Géminiani).

 

photoFinish

 

 

 

 

 

 

Ramasser les casquettes : ne pas avoir gagné, avoir seulement fait acte de présence sur une course.

Posté par mastercycle à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2017

 

 

Envoyer dans la moulure : relancer la course sans cesse et surtout sans laisser le temps à l'adversaire de récupérer.

 

moulure

 

 

 

 

 

 

Descendre à la cave : tomber du grenier à la cave, exprime un revers de fortune important et subit, une grosse baisse de régime.

 

Posté par mastercycle à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2017

 

 

 

 

 

Visser la poignée : se mettre à rouler très vite et à augmenter cette vitesse à la manière d'un motocycliste qui tournerait vivement la poignée des gaz de sa moto.

 

Piocher : pédaler de façon heurtée et saccadée. On dit également « enfoncer des clous », « pédaler carré », « scier du bois ».

 

Posté par mastercycle à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 août 2017

 

 

 

Fermer la porte : empêcher un adversaire de rentrer dans un groupe. En s'installant le dernier, le long de la bordure de la route, fermer la porte du groupe échappé, ce qui interdit à quiconque de s'intercaler. Faire en sorte, lors d'un sprint, d'empêcher l'adversaire de déborder et d'aller à la victoire.

 

Faire la soudure : rejoindre le premier peloton, cette action permettant le regroupement de tout l'effectif.

soudure

Posté par mastercycle à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

 


Chasser la canette : action qui se pratiquait par grosses chaleurs et qui consistait à trouver des boissons rafraîchissantes pendant la course. Ce rôle était surtout dévolu aux équipiers qui n'hésitaient pas à s'arrêter à une fontaine ou même dans un café pour remplir des bidons, ou tout simplement emporter une canette de bière ou de limonade. Cette coutume a tendance à disparaître pour deux raisons : d'abord la course va trop vite, et ensuite, les organisateurs prévoient des ravitaillements officiels en eau fraîche.

 


 
Chatouiller les pédales : pédaler facilement, être en grande forme.
 

 


Compter les pavés : rouler très doucement, par manque de forme.

paves%20destabilises

 


Courir comme un trois et quatre : ancienne expression s'adressant à un professionnel, qui court très mal, qui ne comprend rien au développement de la course, et qui s’y prend comme un jeune amateur de la catégorie 3 ou 4, catégories des débutants.
 

Posté par mastercycle à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]