29 septembre 2018

Gravel ? Gravier ? Allroad ? Cyclo-muletier ? Gravelle ou Garnotte ?

 

 

Si vous vous intéressez un petit peu au vélo, vous n’avez pas manqué l’évènement « gravel » … Les grandes marques nous ont présenté il y a 3 ans environ ce « concept » comme nouveau dans le monde du vélo.

Le gravel, c’est quoi ? C’est du vélo de route qui se permet de temps en temps de faire quelques incursions sur du chemin gravillonneux, du chemin forestier, à mi-chemin (c’est le cas de le dire) du VTT … C’est un vélo qui sera toujours performant sur le goudron et qui pourra aussi performer sur des voies plus cahotiques … Du cyclocross au long cours quoi …
Cette publication n’est pas un coup de gueule pour dire que le gravel n’a rien de nouveau, bien au contraire, je veux juste souligner le fait que ce type de vélo revient à l’essence même du vélo originel, l’Adam (et l’Ève, les dames aussi y ont droit) historique : les premiers vélos se tapaient des routes pas vraiment bitumées … Et depuis toujours les cyclos se sont intéressés aux pistes non bitumées …
Ce qui est nouveau par contre, c'est que les fabricants de vélo ont travaillé pour développer des vélos spécifiques pour cette pratique mixte : cadre entre VTT et route, freins à disques, guidon spécifique, etc.

gravel 1

gravel 2

gravel 3

 

 

 

Oui, d’accord, dans le Midwest des EU (USA pour les anglophones) les cyclistes ont pris l’habitude de rouler sur les petites routes et chemins non-goudronnés depuis une dizaine d’années. A l’époque, les riders bidouillaient leur vélo de cyclocross ou de route en leur ajoutant les plus gros pneus qui passaient entre les bases pour encaisser les chocs. Des courses d’endurance existaient déjà là-bas … Mais moi j’ai des images en noir et blanc de cyclos sur les routes forestières ou montagnardes ou simplement les premiers tous de France …
Et même les ricains reconnaissent qu’ils n’ont pas la paternité historique du Mountain bike, ils l’ont rendu populaire, merci à eux !
Pareil pour le gravel.

Voilà pourquoi j’aime bien le terme « allroad » ou plus français cyclo-muletier.

Le gravel, donc, c’est pas nouveau mais malgré tout ça redonne un sens à la pratique cycliste « routière »: prendre plaisir sur la route et ne pas avoir peur de s’engager sur un chemin en se disant « Mais où va-t-il celui-là ? ».
Ce matin par exemple, j’avais prévu de faire une longue sur route mais je suis parti un peu tard, j’ai donc révisé à la baisse mes prétentions. Je roule sur les coteaux entre Castelmaurou et Saint-Loup-Cammas pour aller chercher Launaguet et le canal. Je me fais d’abord doubler par 2 fanas du chrono amenés par un avion roulant sur un aéro avec cintre de chrono. Mais là n’est pas mon propos, je disgresse. Je continue ma route, vais chercher le canal des deux mers à Lacourtensourt et suis le dit-canal, passe le pont-canal sur l’Hers et arrive à Saint-Rustice. Je décide de monter sur les coteaux et je prends un chemin en terre et gravier cahotique, je fais du gravel quoi, du cyclo quoi, et ça passe. En fin de parcours, je prendrai aussi une petite liaison en terre et gravier du côté de la forêt de Buzet.

 

Je fais du VTT, du vrai, du que tu pourrais pas passer même avec un gravel, sans prétention. Je fais du tandem VTT aussi, avec mon fils, avec des potes, et surtout avec Bruno et mes amis résidents du foyer Marie-Louise de Gratentour. Je fais de la route aussi avec mon « vieux » Look KG381 qui (je trouve) a un sacré look … Et je fais déjà du gravel avec mes roues Mavic Ksyrium et mes pneus en 25 mm, ça secoue un peu … Mais je vais sans doute quand même me mettre au « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques » pour que ça secoue moins tout en ayant une machine performante sur route, moi qui suis un inconditionnel du 26’’, amoureux du titane (même suspendu), adepte quand même du tubeless (pour crever, faut vraiment le vouloir), du frein à disque et de la tige télescopique (je ne suis donc pas réfractaire à la nouveauté, même si historiquement cette nouveauté va souvent chercher dans des concepts développés il y a bien longtemps …).

Le gravel en fait « réunifie » les pratiques cyclistes. Elle ont tellement été segmentées qu'on pouvait croire qu'il fallait au moins 3 vélos pour pouvoir rouler : route, cyclo, aéro, cross, cross-country, marathon, descente, enduro, all mountain, etc. En compétition ou en pratique extrême, cette segmentation est obligatoire.
Je me suis toujours refusé pour ma part et avec ma pratique à cette catégorisation, même si on peut quand définir 2 grandes familles : le vélo de route et le tout-terrain (avec le mien, je passe dans des secteurs bien raides mais sans l'engagement d'un descendeur ou d'un enduriste). Je n'oublie pas le BMX ou le trial.
Le gravel (mince, voilà que j'emploie sans problème ce terme, mais c'est un peu long « vélo de route à cadre spécifique et roues plus larges pour pouvoir aller sur des chemins gravillonneux ou cahotiques », nos cousins québécois disent « vélo à gravelle » ou « à garnotte ») est un bon trait d'union entre ces deux familles ... Il doit permettre de rouler sur route et sur des chemins que l'on ne pratiquerait pas forcément pas en VTT, il doit donc ouvrir de nouveaux horizons ... Pas besoin d'acheter un 3ème vélo par contre, le gravel remplace le vélo de route (pas pour les purs routiers qui ne fréquentent que les nationales ou départementales au goudron parfait). Je vous en reparlerai bientôt sur ce blog avec un test, en espérant ne pas me tromper dans mon analyse préliminaire ...


Cela relève aussi d'un certain état d'esprit qui donne plus de place au plaisir qu'au chronomètre. Chronomètre qui souvent pousse certains routiers à ne pas répondre à un salut convivial (il est vrai que lever la main une demie seconde ou dire « Salut ! » te plombe le chrono), encore moins quand le mec qui te salue ose rouler sur le goudron avec de gros boudins à crampons. Les vrais cyclos ou les cyclistes au long court te rendront avec plaisir ton salut ! (encore une disgression ...)

 

Et en France il y a quelques marques qui méritent le coup de pub question vélo et gravel :

 

Stiff : https://www.stiffbicycles.com/fr/accueil/ (beaux vélos carbone, fabriqués en Asie mais avec un cahier des charges, une conception et un assemblage en France, test à venir dans ces pages)

 

Caminade : https://caminade.eu/

 

Distance : https://distance.bike/ (site ouvert mais produits pas encore disponibles)

 

Histoire : http://www.histoire.bike/

 

Léon (Ah, le titane …) : https://cycles-leon.com/

 

Victoire : http://www.victoire-cycles.com/fr/

  

2-11 : https://www.2-11cycles.fr/21-randonneusesgravel

 

Fée du vélo : https://www.feeduvelo.com/

 

ETC … Il y a de beaux vélos à se monter avec des budgets pas forcément supérieurs à des vélos de série …

 

J’ai déjà parlé sur ce blog de l’excellent site « Bike Café », je vous invite à y lire l’article sur le gravel au début de son apparition (ou de sa réapparition si on n’oublie pas les cyclo-muletiers originels) sur le vieux continent :

 

https://bike-cafe.fr/2015/03/le-gravel-bike-un-velo-concu-pour-arpenter-de-nouvelles-routes/

 

 

Posté par mastercycle à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 décembre 2013

vertus

tout est bon

J’aime le vélo, j’aime le pratiquer, sur les chemins ou sentiers mais aussi sur les petites routes, les beaux paysages ne manquent pas.

Et j’en ai besoin, besoin physique, c’est un sport, j’aime me dépenser en pédalant, j’aime de temps en temps « tirer la bourre » avec les potes, surtout si je peux être devant, ce qui n’est pas toujours le cas … J’en ai besoin aussi par amour de la nature, j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je dessine aussi ensuite … J’en ai besoin aussi pour me « vider la tête » … Très récemment, et je ne vais créer une rubrique sur ce blog pour parler de ça, j’ai eu de gros soucis professionnels et de santé, je me remets, j’ai même eu du mal à remonter sur le vélo mais le besoin est plus fort et l'envie est là !

Dans le vélo tout est bon et quand c’est moins cher qu’une consultation médicale ! Alors pédalez et faites-vous plaisir, en VTT, sur chemin, sur goudron, peu importe !

 

geluck psy

 

Posté par mastercycle à 18:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2013

Énergétique ou énergisant ?

Dans le courrier des lecteurs du magazine BIKE, un lecteur demandait des conseils sur les boissons énergétiques et demandait pourquoi du Red Bull serait déconseillé. Merci au mag d’avoir fait la distinction énergétique / énergisant et précisé que les boissons énergisantes n’ont rien d’intéressant pour les sportifs et peuvent même comporter quelques risques.

Le problème posé par ces boissons est leur succès qui vient de la très bonne publicité dont elles jouissent et de l’image qu’elles véhiculent à travers tous les sportifs sponsorisés par ces marques : liberté, sport extrême, etc. Les médias véhiculent aussi cette image, le même mag page 22 sur l‘actu de Nicolas Lau et ses nouveaux sponsors, qualifie ces boissons d’énergétiques (Hou !).

Je ne vais pas jeter la pierre sur les sportifs sponsorisés par ces marques (de grandes marques de cigarettes ou de boisson alcoolisées ont été et sont encore de très gros sponsors dans le monde du sport mécanique), je suis navré de voir combien ces marques ont réussi leur affaire publicitaire : il suffit de voir le nombre de jeunes qui portent un M vert ou des taureaux rouges sur leur casquette … Navré car ces boissons sont pour moi dangereuses pour la santé. J’en ai goûté une fois par curiosité et sans volonté d’en boire beaucoup (pour moi, c’est dopant, donc dangereux), j’ai trouvé pour ma part le goût très chimique ; j’ai eu l’occasion de voir des adultes en boire lors de soirées festives, bonjour le contrecoup ! Je serais curieux de voir le comportement d’un sportif après un long effort, d’un automobiliste ou autre conducteur fatigué, après avoir bu une de ces boissons … Je crois qu’on pourrait parler de tromperie sur la marchandise …

Je crois qu’il faut traiter ces boissons comme l’alcool ou la drogue douce : on peut vraiment faire sans, oui il est possible de s’amuser, de s’éclater sans ça, c’est pas bon pour la santé !

Tant mieux quand même si ces marques permettent à des sportifs de haut niveau de mettre du beurre dans leurs épinards (très bon ça par contre, frais, et pas pour leur teneur en fer mais plutôt pour leur action sur la circulation sanguine ou leur teneur en vitamine B9), tant mieux si ça fait parler de ces sports et si ça peut faire rêver des gamins (et des plus grands), dommage que les marques de produits plus « sains » ne s’investissent pas dans les sports typés « free-ride », j’espère que tous les gamins qui rêvent sur ces marques sauront faire la part des choses le jour où ils seront devant une cannette contenant un de ces breuvages « magiques ».

Et oui, une boisson énergétique est intéressante par les sucres et les sels minéraux qu’elle peut apporter, son action contre la déshydratation et les crampes et son aide à la digestion. Certaines seront plus chimiques que d’autres, plus digestes.

Et Heureusement, aucune boisson ne remplacera la pratique et l’entraînement !

Une chose qui donne le plein d’énergie, en ces temps peu favorables à la pratique du vélo vert (même si l’utilisation massive du carbone ternit un peu cette image …) : avez-vous remarqué le long des sentiers, dans nos forêts, ces petites touches colorées qui apparaissent ? Ne serait-ce pas les prémices du printemps et de belles sorties qui s’annoncent ?

violettes (1)

jonquilles (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ça ne vous donne pas de l’énergie ça ? Ça ne vous dope pas ? Un peu de poésie tout de même !

 

pâquerette

crocus

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 novembre 2011

 

Automne.

 

En automne et en hiver, je sors mon Muddy Fox équipé pneus lisses, gros plateaux et cassette 11/26 pour faire un peu de route, ça permet aussi de travailler un peu le « foncier ».

Autre raison non négligeable : la chasse vient juste de reprendre et ça ne me dérange pas de laisser, au moins les premiers week-ends, la place libre aux chasseurs. Je ne dis pas que c’est dangereux de rouler en période de chasse (quoique …), je dis juste que chez les chasseurs comme chez les vététistes (et comme chez les randonneurs à pied) il y a des gens dangereux ou stupides, prêts à faire n’importe quoi comme tirer à l’aveugle juste à cause d’un bruit … À ce sujet , je rencontre régulièrement des chasseurs quand je roule le week-end, régulièrement, je m’arrête pour dire bonjour ou discuter, régulièrement le chasseur discute mais ils sont quand même rares ceux qui « cassent » le fusil à ton approche et ôtent les cartouches par sécurité comme ce devait être systématiquement le cas.

Mais vous me direz que pas mal de vététistes ne ralentissent pas à l’approche de randonneurs ou de cavaliers … Et pas mal de randonneurs se promènent en plein milieu du chemin et ne font absolument pas l’effort de se ranger légèrement sans pour autant être obligé de s’arrêter. Et parmi les cyclos ou les routiers, beaucoup ne te rendent pas le bonjour que tu lances en les croisant sur les routes. Etc.

C’est pourtant si simple de se dire que la nature, qu’un chemin se partagent car ils appartiennent à tous ou plutôt à personne.

 

Et je dois l’avouer, je n’aime pas la boue, la gadoue qui colle, encore moins quand je me la paye sur des circuits que je connais par cœur et sur lesquels je me régale tout le reste de l’année ou en nocturne …

Voilà pourquoi je n’hésite pas à troquer mon VTT contre une autre machine à propulsion humaine plus adaptée à la pratique sur bitume. C’est la démarche contraire de pas mal de routiers qui font du VTT l’hiver pour changer un peu ou parce que les sous-bois ou les chemins sont plus abrités, moins dangereux par brouillard, …

 

Les jolies petites routes ne manquent pas dans le coin. Petites routes peu fréquentées, avec une bonne visibilité car malheureusement petite route peu fréquentées rime trop souvent avec vitesse exagérée des engins à moteurs y circulant …

 

Et quand tu aimes le vélo, tu en aimes toutes les pratiques. Alors cessons les sectarismes primaires …

 

Le vélo est un moyen formidable de découvrir la nature, de faire du sport et de prendre du plaisir !

 

cot (4) cadre

 

 

Posté par mastercycle à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2011

GAG

Gag réalisé sans trucages …

Voici des photos de la proue d’un vélo juste après achat …

gag__2_

gag

Si vous êtes perspicaces, vous aurez donc vu que la fourche était montée à l’envers, le guidon mal monté (cintrage vers le bas), par contre vous n’aurez pas pu voir le jeu conséquent dans la direction ni le fait que le corps de roue libre est soit aussi mal monté soit mort, puisqu’on pédale dans le vide. C’est un garçon que je connais qui a voulu se faire plaisir et ses parents lui ont offert ce vélo dans une grande surface (une enseigne avec un grand L en couleur qui combat la vie chère, là elle joue surtout avec la vie de ses clients). Beaucoup d’acheteurs n’ont pas de connaissances en mécanique (et c’est normal) et ne se posent pas de questions à l’achat de leur vélo : il doit rouler correctement.

Ce genre de blague est inadmissible, il est inadmissible que l’on puisse, même en grande surface, avoir droit à ça. Alors, effectivement, il n’y a pas de personnel qualifié capable de vérifier le bon état de fonctionnement des vélos mis en rayons … Mais ce n’est pas une raison.

Effectivement, le vélociste, lui, passe du temps (ou doit en passer) pour préparer le vélo qu’il va vendre et ce genre de gag ne se pose pas (ou très rarement, j’en ai été témoin) quand on s’adresse à un magasin spécialisé.

Mais une bonne partie des vélos est vendue en grande surface … Et pourquoi ces vélos ne devraient-ils pas être à la hauteur de leur utilisation future : rouler dans le quartier, sur des chemins faciles ou en camping … Les gens qui achètent ces vélos n’en demandent pas plus.

Posté par mastercycle à 16:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 décembre 2010

Tout-suspendu ?

Tout-mou ? Comment s’y retrouver ?

XC, marathon, free-ride, enduro, … Kezaco ?

Voici une classification très simple des tout-suspendus pour connaître leur – théorique – utilisation et répondre quelque peu à cette « segmentation » des pratiques que je trouve abusive : pas mal de pratiquants se mettent au tout-mou  gros débattement et reviennent finalement à plus simple voire simplissime style hardtail. Je persisterai toujours à dire que je me suis d'abord mis au tout-suspendu parce qu’une superbe occasion s’offrait à moi de me monter un vélo d’exception mais que ce n’est pas parce que tu n’as pas un tout-suspendu que tu ne pourras pas passer partout. Un bon tout-suspendu te donnera par conre à la fois plus d’accroche et plus de confort sans nuire au rendement.

Si on pousse le bouchon aussi loin que les marques l’ont fait, mais heureusement elles semblent se calmer quelque peu, il faudrait avoir trois vélos chez soi pour prétendre pouvoir faire du VTT partout.

Je me souviens d’un temps (quand j’étais jeune …) où avec mon (beau) titane semi-rigide monté avec une Obsys 55, je faisais la nique à des Cannondale tout-suspendus à 20000 balles même dans des descentes cassantes (sur la Birado ou à Berlou par exemple pour ceux qui connaissent), ça pouvait quand même parfois secouer. Avec le Titus, c’est vrai que quand je me lâche, même avec mon petit niveau, tu sens la bête s’amuser … Faut quand même dire que le titane (excusez-moi si j’insiste souvent avec ça), c’est autre chose … De là à dire que le tout-suspendu en XC ou marathon n'est bon pour les vieux os … Non, quand même pas car quand la machine est aboutie, c’est du tout bon dans tous les domaines !

Suspensions avant et arrière de moins de 100 mm de débattement : pour le XC (rendement à tout prix, surtout le prix).

Exemples : Cannondale Scalpel

scalpel

Merida Ninety Six

carbonninetysixteamd09

Suspensions avant et arrière de 100 mm : marathon, all-mountain (rendement et confort)

Exemple : Titus Racer X titane (superbe vélo !)

TITUS_RACERX__1_

Suspensions entre 120 et 150 mm max de débattement : enduro

Exemples : Specialized Camber Pro

SpecCamberPro2011

Scott Spark 20

2008_Scott_Spark_20

Suspensions avec débattements supérieurs : free-ride et descente

Exemples: Trek Scrath Air 9

scratchair9_blackraw

p4pb5364482

Orbea Rallon X10 (Orbea, la marque qui revient fort, avec toujours un excellent rapport qualité/prix)

orbea_rallon

Santa Cruz V10 Carbon, 203 mm à l’avant et 254/216 mm à l’arrière, no comment … Mais là on est dans un autre monde …

santa_cruz

Les bêtes que je montre ici sont dans le très haut de gamme (faut bien rêver), on peut trouver chaussure à son pied pour du beaucoup plus raisonnable !

Et à partir du moment où tu tapes au moins dans du milieu de gamme, c’est plus le vélo qui fixera les limites, c’est le pilote, à moins d'être un pro …

Tu veux rouler et acheter un vélo, deux questions à te poser tout simplement : "Qu'est-ce que je veux faire ? " et " Quel est mon budget ? ".

Si tu as du mal à répondre, contacte-moi !

red_bull_rampage_Vtt_Focus_029990_vP

bull

Posté par mastercycle à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 décembre 2010

Revue de presse

Je lis régulièrement la presse vélo : VELO VERT, BIKE, VELO MAGAZINE, Planète Cyclisme, Vélo Tout Terrain, Big Bike, Top Vélo, Le monde du vélo, O2 Bikers … Beaucoup de magazines finalement, « spécialisés » (route et pratiques affiliées, VTT, descente et disciplines apparentées). Même si ma pratique cycliste est celle du tout-terrain, même si je rigole quand je vois un routard arrêté au bord de la route, roue crevée sans rien pour réparer et qui téléphone à maman pour qu’elle vienne le récupérer, même si je râle quand je vois des cyclos rouler à 3 de front sur une petite route ou en paquet de 50, même si je comprends pas pourquoi des mecs s’obstinent à rouler sur des nationales ou routes très fréquentées par les quatre roues meurtriers alors qu’il y a tellement de petites routes si agréables, même si je râle quand je vois des abrutis à VTT ne pas s’arrêter pour laisser passer des randonneurs pédestres sur un chemin trop étroit, tout ce qui parle du deux roues à propulsion musculaire m’intéresse.

Je n’achète bien sûr pas tous les magazines tous les mois, d’autant plus que certains sujets sont communs …

magsmags__3_mags__4_

J’ai eu été un fan (et abonné) de VELO VERT et de VTT Magazine. Je ne vais pas critiquer les revues que je lis moins ou que je ne lis plus, je vais plutôt faire un petit coup de pub pour deux revues que je trouve très bien faites : BIKE pour le VTT (à noter récemment un hors-série « courageux » édité par BIKE sur les vélos de route, cassant quelque peu le sectarisme éditorial régnant) et le Monde du vélo que je viens de découvrir en fait et qui traite au troisième voire quatrième degré (minimum) l’actualité cycliste.

Je ne sais pas si un tel magazine aurait du succès, mais je serais assez curieux et pourquoi pas lecteur assidu d’une revue mélangeant vraiment les genres, traitat à la fois de vélo sur route, de VTT, de trial, de piste, ... : je la verrai avec un grand nombre de pages, peut-être pas mensuelle …

mags__9_mags__10_

mags__6_mags__7_mags__8_

mags__1_mags__2_mags__5_

Posté par mastercycle à 20:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 novembre 2010

In ou out ?

 

 

 

Je ne crois pas être old school, rétrograde ou au contraire à la recherche systématique du dernier cri.

 

Un article très intéressant dans le dernier VÉLO VERT (n°228, double novembre-décembre avec le calendrier 2011 offert comme chaque année, sauf que cette année ce n’est plus un calendrier avec plusieurs pages mais en fait un grand poster recto verso avec semestres, … moi je trouve ça ni in ni out, mais cheap, je m’égare …) sur les nouvelles techniques, technologies pratiques, et l’avis de deux « experts », Frédéric et Alexandre de Antidote Solutions.

 

VÉLO VERT ne m’a pas contacté, c’est presque incroyable, j’ai moi aussi des avis sur le sujet. On pourrait écrire un livre la-dessus …

 

 

 

Par exemple je rigole quand dans les magazines ou ailleurs on s’extasie sur des VTT semi-rigides de 12,5 kg ou plus de 13 kg … En 1995, je me suis offert mon premier « joli » VTT (je roulais avant en RALEIGH au cadre jaune-vert-rose fluo d’origine …), un ORBEA Sherpa acier équipé en STX-RC que j’avais monté ensuite avec une Marzocchi XC 700 et qui pesait moins de 11,5 kg pour moins de 4000 balles (francs de l’époque), soit moins de 700 €.

 

ShimanoSTX_RC1995

 

xc7001996he4

 

 

Regardez en comparaison ce que vous avez aujourd’hui pour 700 € … Bonne blague ! L’euro, la crise, les devises, tout cela aura eu bon dos !

 

Vous souvenez-vous aussi à l’époque du poids des superbes vélos américains AMP (c’est comme Cannondale à l’époque, on aimait vraiment ou vraiment pas …) avec leur fourche à parallélogramme déformable ? 10,5 kg … Bien sûr, les suspensions n’étaient pas aussi performantes … Je rêvais sur les AMP, les PROFLEX, Breezer, …

 

pro_20flex

 

 

Après l’ORBEA, je suis passé à l’EMERY Tertio puis rapidement au titane, j’ai loupé le Primo titane chez Emery, le Décathlon et le Sunn, alors j’ai acheté un Muddy Fox que j’ai customisé et qui m’a ravi et que j’ai toujours, puis depuis un an je roule avec le Titus RacerX monté aux petits oignons (à mes petits oignons) par mes soins …

 

 

 

Par exemple, je roule maintenant avec des freins à disque. Oui, c’est hyper efficace mais oui parce que aussi c’est du haut de gamme. Et non, ce n’est pas indispensable, je suis aussi passé au frein à disque parce que dans le haut de gamme, on ne trouve presque plus que ça maintenant … Donc un très bon V-brake sur des terrains pas trop pentus suffit largement et concurrence sans problème le frein à disque. Le frein à disque résout le problème de l’usure des flancs des jantes, c’est le disque qui s’use. Si tu chutes et que tu pètes une durite, tu fais comment ? Ça n’arrive pas tous les jours bien sûr. Alors qu’un câble de frein peut être changé rapidement et peut se ranger dans le sac à dos.

 

Et un frein à disque basique ou à câble, c’est de la daube !

 

 

 

Par exemple l’acier. On redécouvre l’acier ! On se rend compte que c’est un très bon matériau, plaisant (son seul défaut est en fait sa fatigabilité dans le temps par rapport à l’alu, la carbone, ou le titane. Vous rappelez-vous ces superbes cadres en Tange ultimate ou Columbus, les aciers italiens … ? Dire qu’une certaine mode revient au singlespeed, au pignon fixe, au tout-rigide …

 

 

 

Les douilles de direction coniques ? Belle évolution technique, intéressante pour les vélos à gros débattements, car apportant plus de rigidité et de solidité.

 

 

 

Le 2x10 ? Pour les gros mollets. Par contre la cassette XX, un vrai bout d’orfèvrerie avec ses 9 pignons taillés dans un seule pièce !

 

sram_xx_gruppo

 

 

 

 

Le 3x10 ? Inutile !

 

 

 

Le 29 pouces, à la mode aux States ? Le vélo sera plus roulant, plus stable donc plus rassurant, on passera lus facilement les obstacles, …il sera aussi moins vif, à cause de l’inertie des grandes roues, moins facile à faire bouger.

 

image0_2010_05_26_23_20_02__0200

 

 

 

 

Par exemple le tubeless. J’étais réfractaire, je m’y suis mis pour voir, j’ai pas encore crevé ou du moins je n’ai pas eu à réparer, juste à regonfler. Ce qui est sûr, c’est que ça élimine les pincements puisqu’il n’y a pas de chambre … J’en suis content mais je ne dirai pas que c’est pour moi indispensable.

 

 

 

Par exemple l’assistance électrique. Sur des VTT ? Toutes les marques semblent s’y être mises. En ville, je veux bien : t’es en costard, t’as pas envie de transpirer, tu pédales plus facile … Mais en vélo de montagne ? C’est du sport ! Donc, il faut souffrir un peu (dans le même esprit, je n’ai pas tendance à emprunter les remontées mécaniques à vélo, je pédale et je monte pour me gagner ma descente, faut dire que je roule pas en station).

 

vtt_ghost_electrique

 

 

 

 

Par exemple la tige de selle à hauteur réglable utilisée en enduro. Je me suis posé la question, je ne m’y mettrai pas. Pourquoi ? Parce que je ne fais pas de descente chronométrée et donc je peux prendre quelques dizaines de secondes à descendre la selle si j’ai besoin de me rassurer sur une descente particulièrement ardue et la remonter ensuite

 

 

 

Des progrès auxquels je crois : la transmission (intégrée ? à courroie ?).

 

moyeu_20rohloff_20disque

 

 

 

 

Tout ça pour dire quoi, Monsieur de La Palisse (ou de la Palice) ?

 

Jacques_II_de_Chabannes_de_La_Palice

 

 

Que c’est bon que des gars fassent de la recherche, du développement, trouvent de nouveaux produits, de nouvelles technologies … Mais que quand ça ne sert que le marketing ...

 

Les nouveaux produits sont bons à prendre, mais en fonction des pratiques, de ce qu’on veut faire avec son vélo … le passionné aura toujours envie de voir évoluer sa machine, de la doter des derniers produits, c’est naturel.

 

 

 

Une seule chose sera toujours valable : le titane sera toujours le plus beau des matériaux (qu’est-ce qu’il nous fait le cycle rit, il s’envole ?) , rassemblant – paradoxalement – les qualités des autres matériaux. Il sera aussi toujours le plus cher même si certaines marques (Lapierre par exemple, Décathlon aussi avait sorti un très joli titane) ont su présenter des titanes aux prix très compétitifs. Et rouler en titane sera toujours particulier.

 

 

 

Ce qui sera aussi toujours vrai, c’est que finalement quelle que soit la monture pourvu qu’on ait l’ivresse ! Même avec un vélo basique ou cheap, tu pourras te faire plaisir et prendre du plaisir devant le spectacle gratuit que t’offre la nature, c’est bien ça le plus important.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 00:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 septembre 2010

Vélos enfants

Je vais offrir à mon petit bonhomme qui devient grand un 16 pouces. J’ai gardé pour lui le 20 pouces Lapierre de sa sœur que j’ai équipé en V-brakes XT et auquel j’ai ajouté deux plateaux …

Ma grande roule en 24 pouces avec une jolie machine : Lapierre Tecnic 24 Lite (pas de customisation, il est bien équipé comme ça, j’ai juste mis dessus une ancienne tige de selle titane que je n’utilise plus).

photo_lapierre_kid_24_lite_554 

Mais pourquoi mettre 379 € sur un vélo pour enfant me direz-vous ?

Si tu roules régulièrement (je te tutoie, il n’y a rien de familier, c’est un tutoiement sportif), est-ce que tu roules sur un spad de 16 kg ?

Non, alors pourquoi voudrais-tu imposer ça à ton gosse, avec en plus beaucoup moins de possibilités de changements de vitesse et puisqu’on parle de transmission, souvent avec des plateaux, manivelles et cassette « adultes » ?

Quand je vois (je sens plutôt) le poids des vélos enfant, j’ai mal pour eux. D’autant plus quand la majorité des parents tombent dans le piège en achetant un tout-suspendu de 17 kg totalement inefficace (si une suspension doit transformer ton vélo en kangourou, c’est pire !). « Super, il est équipé SHIMANO ! ». Mais SHIMANO, c’est comme beaucoup, y’a du très haut de gamme et y’a de la daube, ou ne tout cas pas de quoi fantasmer …

Si le gamin doit faire régulièrement du VTT et goûter à des parcours réellement tout-terrains avec de quoi se faire plaisir ou de quoi avoir de premières « sensations », autant lui permettre de faire ça avec un bon vélo …

Si c’est juste pour rouler dans la rue ou le quartier par contre, bien sûr, pas besoin de plus que le vélo basique de supermarché, pour peu que tu fasses la révision de l’engin avant utilisation pour éviter de mauvaises surprises …

C’est comme pour les vélos adultes : si tu veux commencer avec un petit budget, tu vises le plus simple possible, c'est-à-dire un vélo semi-rigide pas forcément avec freins à disques. Tu te feras plaisir avec et ensuite si tu mords, tu feras le grand pas vers du plus haut de gamme.

Et moi, je préfère acheter un beau vélo à ma fille de 11 ans (sans lui mettre la pression pour qu'elle en fasse beaucoup ensuite), ou un bel appareil photo numérique par exemple, plutôt qu'une Wii, un téléphone portable (elle a quand même une DS) ou des fringues de marque à des prix dingues en lui expliquant qu'elle pourra plus prendre de plaisir avec ça plûtot que de s'abrutir les neurones, et qu'elle n'a pas besoin de porter des fringues avec une virgule dessus pour être jolie ... Chacun ses choix. 

Pour en revenir à mon 16 pouces, une marque propose de « petits vélos » bien sympas et pas trop cher : la marque Arthur et Lise. Concept originel : le vélo est entièrement blanc, personnalisable à souhait (ou presque, je vous dirai) avec un kit de décoration autocollant fourni. Le 16’’ est à 129 €.

200_____10mixte16_1800 

Et toujours sur le sujet vélo enfant, certaines enseignes (Culture Vélo, Bouticycle, pour ne pas les nommer) te proposent de reprendre le vélo enfant 40 % si tu as acheté chez eux et si tu achètes à nouveau chez eux … Conditions exactes à voir bien sûr.

Posté par mastercycle à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2010

casqué ...

Le cycle rit répond - ou essaie de répondre - à vos questions. Pas de numéro de téléphone surtaxé à composer, pas de frais à la minute, profitez-en !

Question de Raymond RICARD, habitant le 51 : « À quoi ça sert le casque ? Je tombe jamais moi, j’en mets pas ! »

Réponse du cycle rit : « Crâne d’œuf ! ».

casque_velo 

«  Le casque n’est pas obligatoire, il est vital ! »

Mais oui, Raymond, t’as beau être un as de la pédale (du vélo quoi), ton crâne n’est quand même pas plus dur que le sol … Le casque est au vélo ce que la ceinture de sécurité est à la voiture. On ne s’en rend pas compte quand on fait du vélo, mais lors des chutes et des accidents de vélo, Les traumatismes les plus courants sont généralement ceux des membres supérieurs et de la tête.

Un trou dans la chaussée, une porte qui s’ouvre en ville ou encore un obstacle dans une descente et c’est tout le corps qui est propulsé en avant, la tête la première. On peut même tomber de vélo à l’arrêt. C’est dans ces moments que le casque prend toute son importance, et que l’on peut se rendre compte (trop tard donc) que le casque sauve des vies …

velo_12801_1603

En France, on compte environ 150 décès et 8 000 accidents à vélo par an. Une bonne partie de ces accidents implique un cycliste heurté par l’arrière par un véhicule allant dans le même sens (et plus souvent de jour que de nuit), ou une collision avec un véhicule prioritaire à un carrefour.

Dans la moitié des accidents, la responsabilité du cycliste est totale. Et Moins de 3% des accidents mortels de la route survenant en France concernent des cyclistes. Cette faible proportion ne doit pas faire négliger leur prévention.

La pratique cycliste n’est donc pas plus dangereuse qu’une autre, le danger vient du comportement de chacun. La différence importante avec les autres moyens de locomotion motorisés vient du fait qu’en vélo, la carrosserie c’est le cycliste … D’où l’importance de comprendre qu’un cycliste est un usager de la route comme les autres et se doit de respecter les règles du code de la route.

roulonsEnsemble411H500

En VTT, le casque apportera une protection supplémentaire en sous-bois par exemple, j’ai vu (ou entendu et vécu) des branches faire de jolis trous dans un casque …

Et je ne crois pas que porter un casque donnerait l’illusion au cycliste qu’il est plus en sécurité qu’un autre et lui permettrait donc de prendre des risques. Par contre, l’automobiliste doublant un cycliste casqué peut éventuellement faire moins attention le considérant protégé et plus expérimenté. Je préfère courir ce risque que de vivre avec des lésions cérébrales

« Mais c’est moche, un casque de vélo ! » (Raymond insiste)

« Et ta tête recousue, elle va être pas moche ? »

Un casque n’est pas moche, ce qui est moche est de se blesser stupidement. L’offre aujourd’hui est telle que l’on peut trouver sans problème un joli casque, léger, ventilé et efficace. Il ne faut pas lésiner sur la qualité et le prix.

casqueVeloTrousW235H250 

Pour qu’un casque vous protège correctement il doit être bien ajusté à votre tête :

- il ne doit pas bouger lorsque vous bougez la tête

- il doit être inséré complètement sur votre tête de façon à ce qu’il vous couvre le front

- les sangles doivent être ajustées correctement tout en vous laissant assez de place pour ouvrir la bouche (on peut passer un doigt entre le menton et la sangle).

Casque_VTT 

Et bien sûr, il faut changer le casque après un choc sérieux, même s’il semble extérieurement intact.

Posté par mastercycle à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]