16 janvier 2019

À deux, c'est mieux !

L’entame de la nouvelle année est souvent sujette à rétrospectives. Peut-être pour mieux faire le bilan et préparer les traditionnelles résolutions …
36ème rendez-vous aujourd’hui avec Marie-Louise, 36ème lettre. Nulle question à chaque fois de disserter à outrance, de trouver la bonne inspiration (ces moments sont bons et inspirants), l’unique prétention est de vous rendre compte de ces petits moments partagés avec Marie-Louise, ses résidents.

Nous avons roulé aujourd’hui sur les terres de Pierre-Paul Riquet, entre Garidech, Bonrepos-Riquet et Gragnague, le long des rives du Girou. Même si la forêt de Buzet est toujours un lieu très agréable pour se promener et rouler, une de nos résolutions pour 2019 va être de varier nos lieux de promenades en tandem.
Je retrouve à Garidech Bruno qui accompagne Vivian et Sofiane, maintenant experts en pratique du vélo à deux.
Le soleil est au rendez-vous, un petit vent aussi. Les terrains sont un peu gras, un bon lavage du vélo sera nécessaire en fin de sortie, la saison veut ça ...

Sofiane roule avec Bruno, sur le vélo équipé des cale-pieds et Vivian monte avec moi.
Nous discutons des fêtes passées. Sofiane, lui, a dû rester au foyer ; Vivian a passé quelques jours à Paris chez son père, il en a bien profité, est sorti, est allé au restaurant 3 fois, en toute normalité. Aux prochaines vacances, il doit d’ailleurs partir au Maroc avec l’association HandiCaf, beau programme !

La reprise a été dure pour Sofiane aujourd’hui, mal aux jambes, du mal à pédaler, mais sa bonne humeur revient vite même après des moments difficiles. Nous avons accusé les chocolats et les bons repas., la prise de poids. Nous mangerons quand même un petit chocolat au retour pour nous remettre de ces émotions.
Vivian a bien appuyé, en phase avec moi, nous avons tenu un bon rythme.
Pas de commentaire aujourd’hui sur les petits défis entre nos deux tandems, si je souligne trop le fait que le tandem blanc aujourd’hui était devant, je crains le « retour de bâton » ou plutôt « de rayon » …

Rendez-vous en février, nous partirons sur la route.

Et que l’année soit bonne pour tous, que ça « roule » !

160119

 

Posté par mastercycle à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2018

Sport, humain, empathie

 

 

Dernière sortie en tandem avec Marie-Louise pour 2018.

Le soleil est au rendez-vous lui aussi aujourd’hui en forêt de Buzet où je retrouve Vivian et Jean-Christophe accompagnés de Bruno et Caroline.

Jean-Christophe est visiblement très content d’être là, il l’exprime de vive voix. Ce sera plus dur par contre pour pédaler … C’est d’abord difficile d’enfourcher le vélo, je lui rappelle comment faire, l’aide, il se met ensuite en place sur le vélo et c’est à mon tour avant de démarrer ensemble.
Pour varier un peu, nous sortons de la forêt et allons vers les vergers entre Buzet et Montjoire, nous ne nous attaquerons pas à la côte de Montjoire, même si Vivian et Bruno sont particulièrement « en cannes » aujourd’hui. Le tandem Marie-Louise aura encore – toujours - été victorieux dans nos petits défis physiques lors de nos rendez-vous.
Sport donc … Caroline pourra témoigner que nous ne faisons pas que de la balade …

 

DSC02372

Humain …
Les sportifs de haut niveau sont capables de se dépasser, de dépasser l’humain quand leurs exploits nous éblouissent, chacun peut aussi relever certains défis, physiques ou non, se dépasser, aller vers le sur-humain, nos sorties cultivent l’humain, nous discutons, nous partageons, nous encourageons et nous nous dépassons. Jean-Christophe le fait ne serait-ce qu’en enfourchant le vélo, Théo le fait quand il accepte de prendre de la vitesse avec moi et ensuite l’apprécie …
Humain …

Aujourd’hui, je voulais parler du mot empathie mais j’aime digresser, vagabonder dans mes pensées et vous en faire part …
Une définition, après relecture de plusieurs dictionnaires ou encyclopédies : attitude envers autrui caractérisée par un effort de compréhension intellectuelle de l’autre, excluant tout entraînement affectif personnel et tout jugement moral.

L’empathie pour moi c’est se mettre à un niveau de communication égale avec un autre en essayant de percevoir ce qu’il ressent, le comprendre, sans s’apitoyer, sans juger.

Empathie peut rimer avec sympathie, pas avec apathie, mais avec modestie.

Un mot donc pour vous souhaiter de joyeuses fêtes de fin d’année : empathie !

 

 

Posté par mastercycle à 19:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2018

Génial !

« C’est génial ! j’adore ! »

Moi je trouve ça génial le vélo dans toutes ses formes et j’adore le pratiquer sur route, chemin et tout terrain, seul ou en tandem.
Ce sont les paroles de Léone que je rapporte là, Léone qui adore monter sur le tandem et trouve génial quand ça descend et qu’on prend un peu de vitesse ; et qui ne rechigne pas à appuyer fort sur les pédales si besoin.

Sortie cet après-midi en forêt de Buzet avec Léone et Sofiane, accompagnés de Bruno, et avec mon fils Bastien qui nous accompagne parfois, qui pendant son CM2 a fait connaissance avec des résidents de Marie-Louise lors des sorties que j’organise, et qui retrouve toujours avec plaisir les résidents qui roulent avec nous.

On a vraiment trouvé la bonne et simple solution pour aider Sofiane à bien pédaler, j’en ai déjà parlé, les cale-pieds.
Il s’éclate sur le tandem, appuie fort, bravo Sofiane ! C’est un jeune homme très attachant, toujours souriant, qui aime beaucoup le sport : il nage, fait de la musculation au foyer, est très volontaire. Je dis bravo car dans son quotidien, il a besoin d’un déambulateur pour se déplacer. Le déambulateur lui apporte de l’autonomie, de la liberté, mais il est content de le laisser de côté quand il monte sur le tandem.

Quand on aborde le handicap et la différence, on aborde aussi la notion de normalité et de codes.
Pour moi, il n’y a rien d’anormal à voir une personne se déplacer avec un déambulateur, certaines personnes âgées en ont besoin, il sert aussi en rééducation, il sert aussi tous les jours dans la vie de certains. Sofiane vit avec, c’est normal.
Comme quand Jean-Christophe me prend dans ses bras, c’est normal.
J’ai travaillé pendant plusieurs mois au début de ma carrière dans une classe d’I.M.P.). Je me souviens toujours de ce garçon de 7 ans qui avait un dysfonctionnement des glandes lacrymales : quand je l’aidais à écrire, ça coulait de ses yeux sur mes mains … J’avoue que la première fois ma main a tremblé mais je ne l’ai pas relevée. Normal …
Chacun a sa propre normalité, ses « codes » ; vivre en société, c’est accepter la normalité de l’autre et donc aussi son « anormalité » … Il y a encore du travail à mener …

 

 

071118 (1)

071118 (2)

                       

Impérial sur le tandem, Sofiane, avec son pilote Bruno ! Ça va devenir très dur de les suivre, de tenir leur rythme … Car, même si l’objectif premier de nos sorties en tandem est de permettre aux résidents de pratiquer une activité originale, d’accéder à un sport qu’ils ne pourraient pratiquer seuls, de prendre l’air, de partager un petit moment de vie, on parle aussi sport et on pédale !

Léone est une jeune femme très souriante et qui est toujours contente de venir avec nous, elle peut appuyer très fort sur les pédales. Aujourd’hui, je lui ai appris à se lever au passage d’un obstacle à lever la pédale du bon côté dans un virage, nous sommes liés par le tandem, même si je pilote le tandem avance grâce à nos efforts réunis et notre coopération.

On se retrouve souvent en forêt de Buzet. Je crois la connaître « par cœur », j’y ai beaucoup « tricoté » (en jargon cycliste, je l’ai expliqué à Léone et Sofiane, ça veut dire tourner, aller dans tous les sens) mais au gré des saisons, la forêt change et on toujours l’impression de découvrir de nouveaux coins, on y oublie facilement la proximité de grande agglomération … Cette petite forêt est intéressante pas son relief : il y a de bons petits raidillons pour les courageux et de jolies descentes. Les chemins sont variés, certains techniques. On y est à l’abri et on peut ne pas trop se salir en fonction des sentes empruntées. On y trouve aussi des champignons, mais c’est une autre histoire …

 

 

Posté par mastercycle à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2018

À deux c'est mieux

 

Au cause d’imprévus et de calendriers un peu chargés, nous n’avons fait notre rentrée en tandem avec Marie-Louise qu’aujourd’hui.
Rendez-vous à Marie-Louise au foyer, je retrouve Camille, Émilie, Aurélie, fait connaissance de David et Kaïs. Tous les quatre logent dans le « studio », petite unité de 4 chambres individuelles, pièce commune et cuisine. Ils mangent là avec leur éducateur, s’occupent du ménage, etc.

Camille est toujours aussi volubile, Aurélie me raconte ses activités. Les résidents participent à des ateliers variés, certains en lien avec la vie active, une unité travaille pour une entreprise de volets roulants et assemble des pièces.
David est amateur de parfums, il apprécie particulièrement les essences de Jean-Paul Gauthier ou Sauvage de Dior.

Les résidents sont logés dans plusieurs unités de vie regroupant plusieurs chambres, une salle commune et une petite cuisine. Chacun bénéficie d’un espace privé, une chambre qu’il peut aménager à son goût avec une salle de bains.
Il y a plusieurs salles d’activités et même une piscine.

Je retrouve ensuite Jean-Christophe qui vient me saluer en me prenant dans ses bras, Léone, Jennyfer, et nos deux coéquipers du jour, Sofiane et Vivian.
Sofiane est toujours aussi souriant, Vivian placide.
Nous enfourchons nos tandems pour un tour au départ du foyer vers Castelginest, les rives de l’Hers, Bruguières et Gratentour, une quinzaine de kilomètres en tout. Sofiane roule avec Bruno, Bruno a monté des cale-pieds aux pédales pour que Sofiane puisse bien garder ses pieds dessus, Vivian roule avec moi.
Efficaces les cale-pieds : Sofiane peut garder le rythme et suivre la cadence.
Nous plaisantons le long du trajet et bien sûr de temps en temps appuyons un peu plus fort sur les pédales. Et bien sûr, c’est le tandem piloté par Bruno qui est le plus souvent devant … Sofiane est heureux ! Vivian qui d’habitude au bon coup de pédale aura été moins présent aujourd’hui même si nous aurons discuté, il apprécie que je lui décrive le parcours, les lieux traversés …

Prochain rendez-vous début novembre …

241018 (1)

241018 (2)

 

Posté par mastercycle à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juin 2018

À deux c'est mieux, 1er juin

 

 

Deuxième sortie avec Marie-Louise avec ma classe entre Cépet et Vacquiers où est installée la ferme Vivaldi, lieu de vie et d’activités de Marie-Louise, magnifique espace abritant de nombreux animaux et des vignes, nous sommes sur les terres du Frontonnais …

 

Ce matin, Émilie, Geoffrey, Léone et Théo se joignent à nous, accompagnés de Bruno et Alice.

Je les connais tous les quatre, Geoffrey toujours posé, Théo content de me voir mais un peu inquiet de l’effort qui nous attend, Émilie et Léone souriantes … Sportivement, Léone envoie ! Je ne dirais pas que c’est pour cela que Bruno l’a choisie comme coéquipière … Si Léone envoie, Bruno est une « machine », et malgré mon passif cycliste et vététiste, je dois reconnaître que le monsieur est un sacré sportif, il a ça quand même dans les gènes …

Émilie a roulé avec Alice, elle aussi a bien appuyé sur les pédales. Parfois elle lève les pieds, parfois elle pose beaucoup de questions, d’ailleurs avec Geoffrey, tous les deux ont fait l’intégralité du circuit, Léone et Théo étant restés à la ferme après le repas.

Geoffrey est un garçon adorable, toujours posé, je pense qu’il s’est régalé aujourd’hui, il pédalait seul et a pu passer d’un groupe à l’autre à son envie.

Théo a roulé avec moi le matin et ce n’est pas pour cela ou à cause de cela que j’ai posé plusieurs fois le pied à terre, j’étais un peu fatigué des reconnaissances finales et marquage du circuit mercredi et hier soir.

Il a pris confiance, avait peur un peu, on a discuté, je lui ai bien rappelé comment fonctionnait un tandem, il a eu envie de bien faire, il a fait les efforts avec moi, un tandem c’est une équipe. Il s’est excusé de ne pas venir l’après-midi et a été content de récupérer sa plaque de cadre avec son prénom.

Il a été content d’organiser la circulation au dernier croisement goudronné avant la ferme, je le lui ai demandé et ne me suis pas inquiété, il l’a fait très consciencieusement, pourquoi cela aurait-il été autrement ?

 

Tous les quatre ont accepté de quitter leurs habitudes, de se confronter à la présence de 20 gamins, d’une dizaine d’adultes les accompagnant, de passer une journée particulière mais je l’espère agréable.

 

Nous avons donc pris notre pique-nique à la ferme Vivaldi, j’y ai retrouvé plusieurs résidents dont Julien qui a guidé mes élèves pour la visite. Julien est un showman, j’ai été invité au repas de Noël du foyer, il m’avait impressionné avec sa belle cravate. Ce jeune homme (j’ai 50 ans, il est jeune pour moi) a la pêche ! Mes élèves ont passé un bon moment avec lui, grâce à lui.

 

Je remercie l’Association Marie-Louise et son Président, Monsieur Claude ROUS, de me permettre de vivre ces moments de partage avec les résidents et mes élèves, depuis maintenant 4 ans.

Merci pour l’accueil toujours chaleureux réservé à « mes » gamins.

 

Je ne suis pas touché de près par le handicap mais pour moi, sans prétention, c’est juste une question de différence, donc d’égalité puisque nous sommes tous différents (je ne sais pas si je m’explique bien, j’écris « à chaud », juste après cette riche journée de VTT, journée physique, du plaisir pour moi mais une sacrée pression car j’amène 20 gamins sur les routes et sentiers pendant toute une journée et cela implique une grosse responsabilité ; heureusement, j’ai toujours à mes côtés des adultes accompagnateurs très impliqués et très « pro) et ça m’agace de ne pas voir le pouvoir politique, les décideurs, ne pas prêter plus attention à cette question de la situation de handicap, de la différence, ou mes concitoyens se montrer parfois si distants ou méprisants devant le handicap. C’est pas honteux, c’est pas dégradant, c’est pas contagieux …

Les choses évoluent un peu, on peut le voir, mais il, y a beaucoup encore à faire, ou si peu quand on part de ce principe simple de droit à la différence et droit de chacun à mener sa vie dans les meilleures conditions possibles.

 

Une belle journée donc, partagée dans l’effort, de bons souvenirs pour tous et je l’espère pour mes chères têtes rousses, blondes ou brunes, un petit travail personnel sur cette notion de différence et de handicap.

 

Pour la petite histoire et pour vous raconter la naissance du projet « À deux c’est mieux » en 2014, ça faisait un moment que je me demandais comment proposer du partage ou profiter du partage avec des personnes en situation de handicap, c’est un accident de santé qui m’a permis de prendre ce temps que je ne m’étais pas donné avant. Pour moi, c’est vraiment un moment de partage, j’y gagne autant que ce que j’espère faire gagner.

 

À deux, c’est mieux, à suivre …

 

 

https://edu1d.ac-toulouse.fr/blogs31/prim-de-paule-cepet/2018/06/01/vtt-a-lecole-ou-pas-loin-ou-un-peu/

 

 

Posté par mastercycle à 22:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

4 mai

 

Sortie journée avec Marie-Louise et ma classe de CM1. C’est pourquoi je vous invite à cliquer sur le lien suivant pour voir les premières photos :

https://edu1d.ac-toulouse.fr/blogs31/prim-de-paule-cepet/2018/05/05/vtt-a-lecole-et-a-cote-ou-pas-trop-loin-quoique/

Circuit entre Cépet, Labastide-Saint-Sernin, Montberon, Saint-loup-Cammas, Launaguet, Fonbeauzard, Castelginest et Gratentour.
Une belle balade en VTT entre nature et grande agglomération : nous avons emprunté de nombreux sentiers en sous-bois, des chemins ruraux, des petites rues dans les quartiers des communes traversées, des pistes cyclables, etc.
Nous avons roulé en compagnie de Camille, Cédric, Jennyfer et Vivian, résidents du foyer (accompagnés de Bruno, Mathieu et Florence) avec qui nous avons des relations particulières (nous avons reçu en classe en janvier Aurélie et Émilie, accompagnées de Bruno, pour voir ensemble le film « De toutes nos forces » et parler du handicap). Et avec mes élèves, nous avons travaillé en lecture suivie sur le livre « Wonder » dont nous verrons l’adaptation filmée très prochainement.

Un premier objectif était de passer une journée tous ensemble, sur nos VTT, pour découvrir un environnement naturel très proche et parfois méconnu et apprendre de cet environnement.
Il y avait aussi un objectif sportif : être capable, sur une journée, de parcourir une certaine distance, se dépasser par moment pour faire face au relief qui a pu se présenter, maîtriser son vélo, etc.

Nous avons commenté la devise de l’Association Marie-Louise : « Le meilleur sans vouloir l’impossible ».
Nous avons mis en pratique cette devise tout au long de la journée : le meilleur c’est que tout le monde a réussi à « boucler » le circuit et a visiblement pris du plaisir. Sans vouloir l’impossible puisque nous l’avons fait mais en se dépassant par moment pour y arriver.

Nous avons été accueillis dans l’après-midi au foyer de la M.A.S. Marie-Louise pour un goûter surprise qui nous attendait. Très apprécié ce goûter cuisiné sur place.

Mes sorties avec Marie-Louise se font sans prétention, je me dis juste que je prends plaisir à partager du temps avec ces adultes en situation de handicap qui en fait m’apprennent beaucoup. Et si en plus, dans un cadre plus « institutionnel », je peux sensibiliser mes élèves très concrètement au sujet du handicap (mais pourquoi devrions avoir un regard différent parce telle personne ne se comporte pas « comme nous » ou est « marquée » physiquement ?), je me dis que je fais un petit quelque chose de l’ordre de l’utile …

http://www.marie-louise.org/

Je tiens à remercier l’Association Marie-Louise de m’avoir accueilli à ses côtés et de me permettre de poser quelques petites briques « à l’édifice » … J’espère pouvoir continuer.

Aujourd’hui, Jennyfer s’est encore une fois bien amusée sur le tandem (elle est très timide mais s’éclate vraiment sur le tandem, « Allez Jen ! », je ne devrais pas l’écrire mais nous avons tous les deux fait une pointe à plus de 60 km/h dans la descente sur Launaguet). D’ailleurs, nous avons été assez compétitifs face au tandem Bruno/Cédric (même si Bruno est toujours plus que réactif et efficace pieds sur les pédales).
Camille, elle, s’est régalée à discuter avec des mômes, je la connais bien maintenant et m’autorise à lui décerner un BAFA d’honneur …
Vivian, toujours placide, a bien apprécié lui aussi je crois la journée, toujours intéressé par la description qu’on peut lui donner des lieux traversés, il est très organisé, il veut savoir ce qu’on fait, comment on le fait, quoi de plus naturel quand on ne voit pas …
Et Cédric a été toujours aussi volubile, bavard, souriant.

Bravo à tous les trois pour cette journée longue et sportive.

Mention particulière à Mathieu, éducateur, qui a aujourd’hui fait l’apprentissage du pilotage d’un tandem. Pas évident … Un tandem, c’est à la fois un semi-remorque et une formule 1. Attention à l’équilibre, aux virages serrés, à la coordination, et quand tu appuies, ça file !
Celui (ou celle) qui est derrière doit aussi avoir une sacrée confiance en celui qui pilote. C’est déjà une belle performance de monter derrière, bravo donc à nos coéquipiers (un tandem, et moi je le pratique modestement, c’est une équipe, ça ne peut fonctionner correctement qu’à deux).

Quand nous avons quitté le foyer après le goûter, j’ai vu Sofiane, ravi de me croiser (et moi de même !).

La trace du circuit du jour : https://www.visugpx.com/n4XurMqhPc

Rendez-vous le 1er juin toujours avec ma classe et Marie-Louise pour une sortie vers Vacquiers, sa forêt royale et la ferme Vivaldi de Marie-Louise.

 

Superbes photos prises par Jérôme, notre reporter spécial du jour (il est vrai qu'on voit surtout le pilote sur les photos, nous y remédierons dès la prochaine sortie !) :

 

jb (33)

 

jb (45)

 

jb (77)

 

jb (105)

 

jb (116)

 

 

Posté par mastercycle à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2018

Qu’il pleuve ou qu’il vente – Suite - Ou la Sky de Marie-Louise

 

 

Météo défavorable, imprévus … Rendez-vous reportés … Aujourd’hui, nous avions décidé avec Bruno de sortir qu’il pleuve ou qu’il vente …
Rendez-vous à Cépet, devant mon école, pour aller vers Gargas comme je l’ai fait le matin avec mes élèves (et des adultes agréés) en préparation de nos sorties journées de mai et juin avec Marie-louise et de notre classe verte en mai.
Météo clémente ce matin avec les enfants, terrain gras, pluie au rendez-vous l’après-midi, d’abord bruine puis pluie battante en fin de boucle.
Jennyfer et Vivian viennent donc avec Bruno me rejoindre à Cépet, nous nous retrouvons avec plaisir, Jennyfer toujours enthousiaste.
Nous discutons tout en roulant, Jennyfer est toujours amusée quand on accélère un peu « Thierry, il fait bien le tandem ! », merci Jennyfer.
La pluie se fait plus abondante, Vivian se referme un peu et pédale derrière Bruno, il me demande régulièrement si on est sur la chemin du retour.

Pourquoi sortir quand même ? Sommes-nous fous ? Non, nous pensons juste que ça fait du bien à nos partenaires sur 2 roues (et à nous aussi) de prendre l’air, même si on rentre un peu boueux et humides. Nous sommes bien vivants, cela vaut donc le coup de bien en profiter !
C’est bon aussi de les surprendre, de les pousser un peu à faire des choses inhabituelles, nos cyclistes n’ont jamais rechigné à monter sur le tandem (une ou deux fois, il a fallu insister mais ensuite tout s’est bien passé).

Bonne bouffée d’air frais aujourd’hui, une bonne douche, des vêtements secs et un chocolat promis par Bruno à Vivian et Jennyfer, après-midi réussie !

11 avril

Je soupçonne fortement l’équipe Sky d’entraîner certains éducateurs et résidents de Marie-Louise … Il est vraiment très difficile de concurrencer le tandem Marie-Louise, ou alors il va falloir regarder du côté du cadre et des boîtiers de pédaliers pour vérifier s’il n’y aurait pas un petit moteur …

La suite début mai avec mes élèves pour une sortie journée avec Marie-Louise et les tandems …

Posté par mastercycle à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2018

Qu’il pleuve ou qu’il vente !

 

Grosses pluies depuis quelques temps, terrains trempés ou détrempés …
Nous avions décidé avec Bruno de rouler quand même si la pluie faisait une pause.
Je retrouve donc Bruno, Léone et Sofiane à Buzet cet après-midi.
Sofiane toujours souriant et Léone très motivée depuis le matin quand Bruno a demandé au foyer qui voulait aller rouler. « J’aime le tandem ! ».

Pour aider Sofiane à bien pédaler et surtout garder les pieds sur les pédales Bruno a monté des cale-pieds à sangles et il les serre bien. Ça fonctionne bien, on part faire notre tour en forêt.

Je discute avec Léone, elle a passé Noël en famille et est contente de ses cadeaux.
Léone est bien motivée, elle pédale bien et nous nous amusons à faire la course entre tandems, nous sommes aussi là pour faire du sport … À ce sujet et pour ceux qui suivent nos aventures depuis le début, avec Léone nous avons choisi aujourd’hui une stratégie de course aux points, nous avons donc mené tous les sprints (Léone a bien rigolé et bien appuyé) et laissé le dernier à nos adversaires du jour …

Qu’il pleuve ou qu’il vente.
Le terrain est bien mouillé et comme on dit familièrement, nous « ramassons », tout pourra passer à la machine en fin de sortie (habits, vélos, cyclistes). Mais ce n’est pas grave, nous avons passé ensemble un bon moment de sport et de rigolade aujourd’hui !

Rendez-vous en février pour aller sans doute rouler le long du canal.
Et avant ça, rendez-vous avec deux ou trois résidents mardi prochain dans ma classe, avec mes élèves de CM1, pour voir ensemble le film « De toutes nos forces » et essayer d’en discuter ensemble. J’en parlerai sur le blog de l’école https://edu1d.ac-toulouse.fr/blogs31/prim-de-paule-cepet/ , à la rubrique « Enseignement moral et civique »

170118 (1)

170118 (2)

 

Posté par mastercycle à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2017

Gadoue

 

Je retrouve Geoffrey, Jean-Christophe et Bruno en forêt de Buzet.

Geoffrey est toujours posé, poli, on parle de la fin d’année qui approche, Noël aussi, il ne sait pas encore ce qui lui ferai plaisir.

Jean-Christophe me serre la main avec entrain, en fin de ballade, il me prendra dans ses bras car la sortie aura été dure pour lui.

Geoffrey mont avec moi, il faut toujours un petit moment de « réglage » entre les deux équipiers d’un tandem, il bouge un peu, je lui explique de bien rester droit et de pédaler sans à-coups, je lui montre comment se lever légèrement quand on passe un obstacle … On pédale bien en rythme.

Dur aujourd’hui pour Jean-Christophe. Il a du mal à grimper sur le vélo, il est souvent positionné en travers, a du mal à garder les pieds sur les pédales. Bruno a monté des demi cale-pieds, ça ne suffit pas, il va falloir installer des cale-pieds complets. Bruno aura pédalé pas mal pour deux aujourd’hui.

Il a bien plu ces derniers jours, l’automne est bien là, la gadoue aussi. Un rayon de soleil nous accompagne, la forêt est belle avec son tapis de feuille et ces couleurs d’automne, Geoffrey trouve ça aussi joli. Comme on dit familièrement, on « ramasse » un peu de boue, c’est bien mouillé mais ce n’est pas grave, les pantalons (malgré mes pinces à pantalon façon collier de serrage en caoutchouc, Jean-Christophe laissera quelques morceaux de tissu de son pantalon dans le pédalier, comme souvent …) et les vestes iront au lavage ce soir et on lavera les vélos.

La fin de la ballade approche, on prend la traditionnelle photo, je demande à Jean-Christophe s’il veut qu’on reparte faire un tour ou s’il veut rentrer au foyer. Il comprend sans problème et je le comprends aussi : il baisse la tête et me fait comprendre avec ses mots qu’il veut rentrer.

2911

On a roulé une heure, Geoffrey est content, Jean-Christophe passe sa main sur le front (« Ça a été dur ! »), me fait comprendre qu’il va passer sous la douche et me serre fort dans ses bras, « À la prochaine ! ».

 

 

 

 

Posté par mastercycle à 17:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2017

à deux c'est mieux

Rendez-vous en forêt de Buzet avec Jean-Christophe et Vivian accompagnés de Bruno, Bastien est aussi avec nous.

Aujourd’hui, nous partons faire une boucle vers Montjoire, un des points culminants du secteur (233 m, le parking Sud de la forêt est à 160 m) qui offre un superbe panorama sur les Pyrénées ou les coteaux du Tarn. Boucle de 15 km environ.
Jean-Christophe semble très content, il vient me serrer la main chaleureusement et me fera la bise à la fin de la rando en me faisant comprendre en s’essuyant le front que cela a été dur aujourd’hui …
Je dis il semble content car comme Cédric, Jean-Christophe s’exprime difficilement ; ou c’est moi qui ne le comprends pas, il faut accepter de voir les choses comme ça.

111017

J’en déjà parlé : comment savoir ce que pense une personne, en situation de handicap ou non, qui ne peut s’exprimer de façon « standard » ? Les sourires, les expressions du visage, les gestes parlent. Il faut accepter que la personne puisse aussi ne pas répondre immédiatement à la sollicitation, Vivian par exemple parle seul par moment et discutera ensuite sans problème. Il est content car son anniversaire approche, 45 ans, il me pose des questions sur ce qui nous entoure, les lieux, ma voiture …
L’acceptation, le respect, l’inclusion passent aussi par ces moments où l’on peut se demander « Qu’est-ce qu’il pense ? » et accepter de ne pas avoir forcément une réponse immédiate, voire pas de réponse. Il faut proposer, stimuler et prendre quand ça vient … Accepter de ne pas tout maîtriser.
Là, je dis « chapeau » aux professionnels qui oeuvrent dans des structures comme Marie-Louise car ce questionnement, ils y sont confrontés tous les jours.
Les résidents ont besoin d’encadrement, de cadre, de soins, ils ont aussi leur propre chemin de vie, dans la structure, à côté, on doit accepter de les accompagner, parfois de suivre leur voie, pas évidente quand on part sur les « chemins de traverse », quand on quitte la norme … Notre société a du travail à faire dans ce sens, j’ose croire que les choses évoluent, les regards changent, les médias s’impliquent un peu plus …

Aujourd’hui, il a fait beau, le pédalage a été un peu plus difficile pour Jean-Christophe et Vivian mais Vivian a demandé quand est-ce qu’on se revoyait et Jean-Christophe m’a pris dans ses bras … Pour Bruno, par contre, toujours le même constat : il pédale facile et pour deux si besoin sans problème et sans assistance, vu le passif et présent sportifs du monsieur, c’est presque « normal » …

Posté par mastercycle à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]