28 juillet 2010

BUZZ rétroactif

Foot et VTT ?

Ça n’a pas fait le « buzz » : le stage de l’équipe de France de football de Tignes en mai …

« De quoi y cause ? C’est pas un blog sur le vélo son truc ?

- Attends, tu vas voir, j’explique ! »

C’est un lecteur (merci et bravo Fred) du magazine BIKE dans le courrier des lecteurs qui a levé le lièvre : nos vaillants joueurs de  notre BELLE équipe nationale de football ont fait leur stage de préparation à la Coupe du monde à Tignes en mai. Préparation à quoi ? À sortir d’un hélicoptère sans se décoiffer en arrivant ? À faire le moins de pas possible entre la limousine 4x4 et l’hôtel ? Soyons sérieux et respectueux : ils ont quand même dû subir une très longue marche en raquettes et dormir en conditions « spartiates » au restaurant panoramique (quand tu vois tout ce à quoi ils ont dû droit comme conditions spartiates et leurs habitudes de vie, tu imagines facilement ce que veut dire « difficile » ou « spartiate » pour ces gens-là … Non, en fait, je suis jaloux, comme tout le monde, ils ont vraiment la vie dure, nos footballeurs nationaux, ils sont tellement sollicités aussi, n’est-ce pas Zahia ? Ils ont quand même tout donné en coupe du monde et fait honneur à leur maillot non ?).

Bon bref, je m’égare : les joueurs ont aussi roulé, et en VTT, par contre j’ai bien cherché sur le net, je n’ai trouvé aucune info sur le sujet, donc sans doute du bien dur comme le reste du stage !

Et ils ont roulé avec des VTT ! Et oui, pour rouler sur du goudron entre l’hôtel et le stade ou autour du lac de Tignes sur la piste entièrement goudronnée, il faut bien un  VTT !

 

tignes1

Donc, nos joueurs ont eu droit à des SCOTT, bon choix, vu la photo parue dans le journal LE PROGRÈS (voir http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article/3177208/Une-journee-particuliere.html et ci-dessous), je pense pur ma part à des Scott Scale 70.

Je m’étonne d’abord car ce modèle ne coûte « que » 849 €, équipé en SLX-Deore, fourche Rock Shox Dart 100 mm, vélo donc idéal pour débuter en VTT « sérieux » (quand je dis « sérieux », je veux parler d’un vélo qui devrait passer partout sans risques pour le pilote). Bravo donc, pas de folie à ce niveau-là. Par contre certains accompagnateurs ou préparateurs sportifs, vous pourrez voir ça sur les vidéos que vous trouverez, ont droit à des tout-suspendus, très mal réglés question taille …

get

J’en viens – enfin- au meilleur : pas de casque bien sûr et – si, si – sur certains vélos, les fourches montées à l’envers : arceau derrière (ce ne sont pas des DT Swiss ou des Manitou) et donc étrier de freins à disque avant à droite et devant le disque … Bravo au fournisseur de l’équipe ou au mec qui a monté les vélos ! Quand  je vous disais dans un précédent message que ce n’était pas si rare que ça de voir des vélos mal montés, même chez des vélocistes …

Merci donc à l’équipe de France de football dans son ensemble pour nous avoir finalement fait non pas fait rêver car à sur le sujet c’est plutôt de la honte que j’éprouve quand je pense à tous ces minots qui admirent ces joueurs, merci donc de nous avoir fait bien rigoler avant, pendant et après la coupe du Monde ! Et respect quand même pour Monsieur Abou Diaby qui est le seul pour moi à avoir vraiment mouillé le maillot, qui semble pour le moment encore plutôt discret car peut-être pas encore totalement « starisé » ? Respect aussi à Hugo Lloris, pauvre gardien, et M’sieur Gignac, j’ose penser que ce sont des mecs plutôt « cleans » …

Posté par mastercycle à 11:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2010

nocturne ...

« View the world in a different light. »

Bon d’accord, ce n’est pas de moi, c’est le slogan de la marque d’éclairages pour vélos Light & Motion dont je suis équipé.

Rouler de nuit … C’est vraiment une autre façon de voir le monde, le seul point négatif serait que les animaux qui fréquentent les chemins, sentiers ou forêts qui servent de terrain de jeu habituel au randonneur ou au vététiste même respectueux ont peut-être envie qu’on les laisse en paix au moins la nuit. Si l’humain commence à empiéter sur le peu de temps et d’espace qu’il laisse aux autres « habitants » de la planète, « ça le fait pas ! ».

Ces considérations philosophiques mais pas inutiles mises à part, rouler de nuit, c’est vraiment super ! Lapalisse ne me contredirait pas, tout est différent : repères (atténuation visuelle du relief), sons, possibilité de voir du gibier, parfois aussi dans certains lieux du gibier à deux pattes un peu dévêtu … L’intérêt est aussi de ne pas avoir à subir en été en tout cas les désagréments de la température, ça permet aussi d’étendre quelque peu l’emploi du temps loisirs quand les journées sont un peu chargées …

Je pratique la rando nocturne régulièrement, j’ai un feu avant assez performant, halogène, 13,5 Watts, 675 Lumens, plus de 3 heures d’autonomie de batterie.

Plusieurs marques présentent de bons produits pour des tarifs variables, des éclairages SIGMA à Light & Motion ou Hope pour le haut de gamme, en éclairage LED ou halogène.

hope_one_vision

lightmotion

 

À vérifier avant achat : puissance et lumière émise (Lumens), autonomie de la batterie, ampoule facilement remplaçable.

Idéalement, avoir un éclairage principal et puissant sur le guidon et une lampe sur le casque pour regarder à côté ou en dépannage si la lampe de guidon ne fonctionne plus. Quand tu retrouves « dans le noir » sans lumière, tu te poses des questions … Et les premières sorties nocturnes amènent aussi leur lot de sensations fortes, surtout en pleine montagne sur les terres de l’ours …

J’ai pour ma part une petite lampe torche à LED (absolument pas dédiée au vélo) en dépannage que je fixe sur le casque avec une fixation de pompe sur cadre récupérée.

 

lampecasque__1_

Ne pas oublier le petit éclairage arrière et le gilet fluo au moins pour les portions goudronnées.

Posté par mastercycle à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juillet 2010

EASY !

It’s easy ! Comme j’en ai équipé ma monture depuis maintenant un certain temps, je peux confirmer l’opinion très positive parue dans la presse spécialisée sur les grips ESI (essai matos Vélo Vert n°223 2010 #06 page 32 : que du bon !).

PICT1067

 

PICT1064

Particularité du produit : silicone. Prix : 19/20 €.

J’ai la version Chunky, pesée 60 g (sans les embouts plastiques fournis avec). Plusieurs coloris sans disponible, vous les trouverez assez facilement sur le net (ou chez votre vélociste s’il est achalandé).

Que du positif : très faciles à couper, prise en main, confort, tenue sous la pluie (j’ai testé aussi). Ils n’ont pas l’air épais, mais ça le fait vraiment et j’ai abandonné sans hésitation les grips OURY ou Lizard Skin Dual Compound pourtant au top pour les ESI.

Sur le sujet des grips, je rappelle un truc tout simple pour les fixer sans problème et sans qu’ils tournent désagréablement ensuite, et sans système lock-on, plus cher et plus lourd ! La laque à cheveux : un petit coup de laque sur le cintre pour faire glisser le grip, et quand ça sèche, ça colle et ça tient !

Même chose pour enlever le grip : on glisse la pointe d’un tournevis entre le grip et le cintre, un coup de laque à cheveux, ça tourne et ça s’enlève. Tu peux récupérer ensuite le grip pour le remettre en place sans problème.

Ces grips existent aussi pour la route.

ESI, c’est easy !

http://www.esigrips.com/

Posté par mastercycle à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]