LE CYCLE RIT

10 décembre 2019

Allez !

Tu reçois d’abord le colis, enfin le colis, c’est tellement fin que tu te dis « Là, y’a un problème … ». Tu ouvres le paquet un peu sceptique, ce n’est pourtant pas une surprise, tu sais ce que tu as commandé …

Alé est une marque italienne qui fait des vêtements pour le vélo très techniques, à la fois sobres et très modernes. J’aime beaucoup leurs modèles vintage.

alé 1

Le Père Noël est passé plus tôt (j’ai négocié avec lui un cadeau groupé avec mon anniversaire en décembre, je ne plaisante pas avec le Père Noël) pour me livrer cette veste d’hiver Alé Guscio Klimatik® réflective iridescente.
Sur le papier, ça en jette : veste d’hiver, chaude donc, réflective et iridescente. Passage par les pages du dictionnaire …
Réflective en physique a un rapport aux effets des glaces ou miroirs pouvant devenir opaques ou renvoyer la lumière en fonction de leurs propriétés. Effectivement, certains éléments réfléchissants dédiés à être vu de nuit sont de base neutres ou gris.

lumière


Iridescent signifie « qui réfléchit les couleurs de l’arc-en-ciel ».

Cette veste est très légère, 260g sur ma balance de cuisine. Elle taille serrée, peut-être prévoir une taille au-dessus. Mais quand on la porte, ça ne gêne pas, même avec une sous-couche légère dessous. Sous-couche qui me semble nécessaire si l’air est frais. Alé annonce une utilisation entre 10 et 18 °C. J’ai fait un tout petit tour en fin de journée, à peine 10°C sous abri, avec une sous-couche, et j’ai été agréablement surpris de ne pas sentir le froid, mais une sortie plus longue sera nécessaire pour vérifier cela.
À tester aussi sous la pluie, mais ma veste n’est pas présentée comme imperméable, donc pas de déception à venir à ce sujet. Et encore aujourd’hui, l’imperméabilité rime rarement avec la respirabilité …

L’aspect premier est neutre, pas trop définissable en fait question couleur, un peu gris, quelques irisations façon flaque d’essence, mais beaucoup moins déplaisant heureusement et surtout sans l’odeur.

 

essence 1

essence 2

 

 

 

alé 2

alé 3


Iridescente : oui, la veste renvoie des reflets variés et ondulants sous la lumière et devient très lumineuse sous les rayons directs du soleil ou sous un éclairage.
Le tissu contient des microsphères de verre (je n’ai pas vérifié sous microscope ou découpé le tissu pour l’analyser) qui réagissent à la lumière en la réfléchissant de différentes façons.
Effectivement, la réflexion et l’iridescence sont bien là : légers reflets sur le gris-vert ou illumination du tissu à la lumière.

Veste donc très intéressante pour remplacer l’utilisation coutumière du jaune fluo, quand même pas très esthétique mais très efficace. Et souvent en vélo, il vaut mieux quand même viser d’abord l’efficacité, la praticité, l’utilité, donc la sécurité, que l’esthétique.

alé 4


Aussi, il est heureux de voir de plus en plus de marques, depuis maintenant un certain temps, s’essayer à sortir de beaux produits, bien travaillés, techniques, efficaces et esthétiques.

Allez, cette veste est un bien beau produit.

Seul bémol, le prix … Et ce qui est dommage, mais on peut le constater pour d’autres marques, c’est qu’on peut la trouver sur certains sites marchands à un tarif bien inférieur à celui affiché sur la boutique en ligne de la marque. Toujours comparer avant de cliquer … Pour ma part, je suis tombé sur un très bon tarif en quantité très limitée ou fin de stock car quelques heures après mon achat, la veste n’était plus en stock chez ce vendeur.

Certaines marques aussi, et ce n'est pas propre à l'industrie du luxe, font payer cher leur logo. Et la technicité n'a pas d'argus ou de baromètre financier. Tout est relatif même si on peut considérer qu'une certaine « décence » peut être de mise, mais on peut aussi se faire plaisir, c'est un autre  et vaste sujet ...


08 décembre 2019

Cœur vers le Tarn

Boucle spéciale Téléthon faite aujourd’hui, boucle en forme de cœur, parcours du cœur, exercice du cœur, exercice sportif, gratuit (j’ai fait un don), anonyme, pour ceux qui ont des difficultés à pratiquer le sport mais qui, c’est sûr, aimeraient tant. Heureusement, des bénévoles sont là pour partager avec eux ... Le Téléthon chaque année met aussi la lumière sur ces bénévoles. Certains équipements ayant d'ailleurs un certain coût mais quand on voit le plaisir partagé, cela n'a pas de prix.

 

 

coeur tarn (3)

 

 

Départ sous la grisaille, Pyrénées bien dégagées, soleil présent ensuite, puis la météo annoncée n’avait rien de réjouissant et effectivement la pluie et le vent ont été bien présents sur la fin … Comme on dit, j'ai bien ramassé pendant une bonne heure ... Rincé ...

 

 

coeur tarn (4)

 

 

coeur tarn (7)

 

 

coeur tarn (8)

 

 

coeur tarn (10)

 

 

 

coeur tarn (11)

coeur tarn (12)

 

Parcours romantique ? J’ai dessiné cette trace cordiforme, boucle cyclo, un peu écorchée mais la forme est respectée. Et pour arriver à obtenir ce dessin, j’ai dû emprunter quelques portions de départementales plus fréquentées. Mais un dimanche et aux horaires auxquels je suis passé, je n’ai pas eu de souci question circulation.
J’ai donc laissé de côté un de mes principes de chercher toujours les petites routes mais le contraste entre les petites routes trouvées et les plus larges étant plus accentué avec ce circuit, j’ai apprécié encore plus les passages sur ces petites routes.

 

 

coeur tarn (13)

 

 

coeur tarn (14)

 

 

coeur tarn (18)

 

 

coeur tarn (19)

 

 

Romantique ?
Je pense que les poètes romantiques, de Baudelaire à de Vigny, en passant par Hugo ou de Nerval, n’auraient pas rechigné à enfourcher la petite reine pour musarder, chercher l’ispiration dans les campagnes de l’époque.
Ma trace n’a en fait pas prétention à romantisme, j’ai voulu m’amuser à dessiner ce cœur un peu écorché, qui peut amener à rêverie par certains coins traversés, contrat donc rempli malgré tout …

Des lieux dont j’aime la consonnance : Poudéous, Lacougotte-Cadoul, Saint-Paul-Cap-de-Joux, Damiatte, Moulayrès, La Galinette …

 

La trace :

https://www.visugpx.com/Ek2xukjhme

 

07 décembre 2019

1 m 50

Idée reçue : « Je suis automobiliste, je peux doubler ce cycliste les yeux fermés, ça passera toujours. »

Règle de dépassement selon le code de la route, quel que soit le véhicule dépassé : je quitte la voie de droite clignotant allumé pour aller sur la voie de gauche et revenir ensuite sur la voie de droite assez loin devant le véhicule dépassé en m’étant donc assuré que j’aurai le temps de le faire, et si je veux dépasser un cycliste dans un virage ou en haut d’une côte, je ne peux le faire que si je n’empiète pas sur la voie de gauche mais si aussi je laisse au minimum 1,50 m d’intervalle entre le cycliste et mon véhicule hors agglomération et 1 m en ville. Pourquoi cet intervalle car nombreux ne l’ont pas compris et sont donc des assassins potentiels : pour parer de façon sûre à un éventuel écart du cycliste ou sa chute.

 

MACSF_T7_A2_distance-securite

 

ecarteur3-horsagglo

 

Pourquoi la majorité des gens devient-elle nerveuse, agressive, toujours pressée, irrespectueuse sur les routes, quel que soit le moyen de locomotion utilisé ?

N’hésitez pas à laisser des commentaires et à m’envoyer vos idées reçues !

Posté par mastercycle à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 décembre 2019

5 000 ...

 

2019-12-04 (1) bleu 3

 

« 5 000 … Presque là, ou pas loin. Novembre. »

 

Posté par mastercycle à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2019

Romantique ?

Mon logiciel GPS me permet d’explorer des lieux, de me projeter, de préparer des traces à l’avance, j’en ai des centaines, certaines que je n’utiliserai peut-être jamais. Je faisais déjà ça avant d’avoir mon GPS de randonnée (je préfère ça à un GPS spécifique vélo avec cardio, cadence et autres options) avec mes cartes IGN au 1/25000ème, j’en ai pas mal, elles sont couvertes de feutre …

Quand je suis une trace, je n’en suis pas esclave, je n’hésite pas à la quitter si tel ou tel chemin m’attire … La trace peut réserver des surprises : plus de passage sur le terrain (demi-tour ou passage façon sanglier ou Koh-Lanta), un magnifique point de vue, un superbe single, … Je roule aussi souvent sans trace définie, je vais où le vent me porte, ou plus souvent face à lui pour qu'il me porte ensuite ...

Le froid est là, le jour dure moins longtemps, je continue de rouler mais les sorties sont moins longues. Je prépare des traces pour les beaux jours quand les terrains seront moins boueux, je repère les chemins qui resteront assez secs, j’essaie de varier les circuits …

J’ai préparé quelques traces « originales » , par exemple remonter des petites rivières vers chez nous en essayant de rester au plus près du lit et aller jusqu’à la source, par la route ou les chemins ; plusieurs sont déjà prêtes.
Mon Tour Midi-Pyrénées est prêt, une diagonale gourmande aussi, j’espère un jour les suivre … J'ai déjà quelques projets pour 2020 ... Et en juillet, tentative de résolution de l'équation posée en juillet 2019 : revenir d'Oléron sur la journée mais cette fois avec départ au lever du jour, toujours entre 18 et 20 heures de selle ...

Voici une trace romantique, regardez :

coeur

 

Oui, ce cœur est un peu écorché, ce n’est qu’un trait sur une carte, il suit quelques portions de départementales qui n’ont rien de romantique (à vérifier), mais il passe par quelques jolis coins où il fera bon musarder, pas trop non plus quand même si le fond de l’air est frais et que le jour décline … Et si la trace ne répond pas à l'attente, je pourrai toujours la changer en as de pique ...
120 km vers le Tarn, et une bonne symétrie : au mètre près, 1181 m de dénivelé positif et négatif.

Compte-rendu prévu prochainement …

 

Posté par mastercycle à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2019

Fais du vélo !

Les Chasse-Patates - Fais du Vélo

Posté par mastercycle à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2019

 

 

plantau 2018 (8)

Posté par mastercycle à 16:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2019

À deux c'est mieux

  

Entre nous … Nous avons passé un petit moment entre nous, tout simplement, sans prétention autre que de partager un moment ensemble sur le vélo.

J’ai donc retrouvé cet après-midi en forêt de Buzet Camille et Vivian, accompagnés de Bruno et d’Axel, étudiant en S.T.A.P.S. en stage à Marie-Louise.

Et comme le soleil était au rendez-vous, nous avons quitté la forêt pour aller rouler du côté de Montjoire entre vergers et prés pour profiter des bienfaits de sa lumière. Vivian m’a d’ailleurs confirmé qu’il avait senti que nous avions quitté la forêt grâce à la chaleur ressentie. Il me demande toujours des détails sur les lieux où nous sommes, sur le circuit, Il aime être précis.
Vivian qui a 46 ans a toujours sa mémoire bien active : il me rappelle des sorties faites ensemble avec détail, me raconte des sorties en randonnée faites avec Marie-Louise ou ailleurs. Sa cécité lui a fait développer avec plus d’acuité ses autres sens et aussi cette mémoire.
Camille est très contente d’être avec nous, le plaisir est partagé, elle plaisante toujours facilement et parle toujours autant … J’ai lancé un petit défi à Camille, je vous en parlerai si elle le relève … Suspense …

Nous avons bien pédalé cet après-midi, merci Axel de nous avoir laissé devant …

Ensemble tout simplement, avec pour seule prétention de partager un moment autour d’une activité tout de même particulière et sportive.

 

201119 (1)

 

 

201119 (2)

 

Samedi dernier, j’ai assisté avec mon épouse et des amis (Marie-Pierre et Xavier, qui font d’ailleurs partie des donateurs du projet initial participatif « À deux, c’est mieux ! ») à une représentation du spectacle « Jean-Pierre, lui, moi », spectacle de la compagnie Pocket Théâtre sur le handicap.

https://www.pockettheatre.fr/jean-pierre-lui-moi

Spectacle que je recommande très chaleureusement : la mise en scène est originale, l’artiste est seul sur scène mais incarne plusieurs personnages dont son frère en situation de handicap. Le sujet est traité sans voyeurisme, sans misérabilisme, il est juste, on partage et on comprend les émotions que peuvent éprouver tous les membres d’une famille touchée par le handicap : la peur, le rejet, l’empathie, la fragilité, le sentiment d’impuissance, l’amour, l’humour, etc. Je n’en dis pas plus pour en pas « spoiler » car il y a beaucoup de surprises dans ce spectacle …

Il est encore des gens qui pensent que le handicap est une espèce de maladie, honteuse ou due à la fatalité, que l’on doit cacher, qui fait peur … Ou qui ont tout simplement peur car ils ne savent comment réagir face à une telle situation ; un truc marche bien pourtant : tu fais « comme d'habitude », il suffit d'accepter la différence propre au genre humain.
Oui, le handicap amène à regarder les choses différemment ; non, ce n’est pas sans doute pas facile tous les jours pour les personnes touchées ou leurs familles mais c’est comme ça, on vit avec et on doit accepter d’être parfois désarçonné, bousculé dans nos certitudes ou nos façons de voir, cela apporte une richesse d’esprit, cela construit.

La compagnie Pocket Théâtre doit repasser dans notre département à Tournefeuille les 1er et 2 avril 2020, allez-y, réservez vos places, le nombre de place n’est pas grand, ce qui est parfait pour ce spectacle intimiste.

 

 

Posté par mastercycle à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2019

Raymond

 

Hommage à Raymond POULIDOR qui a rejoint le 13 novembre au panthéon du cyclisme Monsieur Jacques et d'autres ...
Il est des sportifs qui entrent de leur vivant dans la légende et pas en éternel second ... La Vuelta, Milan - San Remo , la Flèche wallonne, Dauphiné libéré, Paris-Nice, Midi libre et tant d'autres premières places ...

 

maxresdefault

 

Quiz-Connaissez-vous-Raymond-Poulidor-_

 

Raymond-Poulidor-vainqueur-Vuelta-Tour-Espagne-Madrid-16-1964_1_730_1099

 

 

images

 

 Une BD à lire ...

9782372540834_cg

 

Bande dessinée de Raymond Poulidor, Jeff Legrand et Christophe Girard aux Éditions Mareuil

 

Comment devient-on un champion alors que rien ne nous y prédestine ? Un don, la chance, l'entraînement ? Fan de Marcel Cerdan, 2e meilleur élève de son canton, incapable de se payer ni vélo ni études secondaires, comment un jeune paysan devient-il une icône du cyclisme mondial ? De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d'Algérie, Raymond vous invite à découvrir la jeunesse de Raymond Poulidor, le métayer qui deviendra l'une des légendes du cyclisme. Une histoire de famille, d'abnégation, de rêve, de déceptions, d'ascension sociale. De guerres. Et une touche de sport. Avec le dessinateur Christophe Girard et le scénariste Jean-François Legrand, Raymond Poulidor, pour la première fois, raconte son enfance et ses courses amateurs grâce aux planches d'un roman graphique.

 

9782372540834_pg

 

 

Posté par mastercycle à 21:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 novembre 2019

Gravel automnal du côté de Garidech

G161119 (1) - Copie

L’automne est là et avec ce qu’il est tombé, les terrains sont bien gras. Activité VTT mise en veille (je veux bien ramasser de la gadoue mais pas sur des terrains que je connais particulièrement bien et qui sont tellement agréables secs) mais quand même toujours l’envie de rouler sur des terrains variés.
Avec la météo actuelle, si on veut sortir le week-end, il faut y aller dès que c'est découvert, ce que j'ai fait ce matin et j'ai eu droit à quelques rayons de soleil, averses cet après-midi, demain ? 
Boucle mixte à dominante bitumée au départ de Garideh vers Paulhac, forêt de Buzet, Roquesérière, Montpitol, Bonrepos-Riquet, Gragnague. Je ne me suis éternisé dans le forêt de Buzet et me suis contenté de la piste principale car il y avait une chasse en cours …
Les chemins empruntés sont des pistes à dominante gravier. Un joli coup de cul en début de circuit (c’est volontaire), il y a de jolis points de vues sur les coteaux environnants ou les Pyrénées déjà bien enneigées.
Circuit de saison, j'ai déjà publié des traces VTT ou Gravel sur ces secteurs quasi-excusivement allroads.

Et ce vert ! C’est l’automne, on pourrait croire que la nature perd ses couleurs mais avec ce qu’il est tombé les herbes sont bien grasses et d’un vert éclatant …

 

 

 

 

G161119 (7)

 

 

 

 

 

G161119 (11)

 

 

La trace : https://www.visugpx.com/yVMkQKy4TH

 

 

G161119 (13)

 

 

 

G161119 (15)

 

 

G161119 (16)

 

15 novembre 2019

Jalabert ...

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=WWqfY7nyu0M&list=PLvCzfJbsr8eVpCAlaNTrPOAlxK60cKHGZ&index=2

 

Hommage à Jaja

 

Posté par mastercycle à 15:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2019

Cyclo vers le Tarn

L’automne est là et avec ce qu’il est tombé récemment, les terrains sont plutôt gras et par chez nous, la terre colle …
Bonne fenêtre météo ce matin, soleil au rendez-vous, il faut en profiter !

091119 (1)

091119 (2)

Belle boucle sur bitume vers le Tarn, du côté de Viterbe, Bazis, Damiatte, Moulayrès, Fiac. Mais du bitume avec un peu d’herbe au milieu de la chaussée et quelques trous, c’est ce que je recherche, des petites routes peu fréquentées …
Très joli coin avec pas mal de sentiers balisés et des possibiltés plus Gravel ou VTT (vers Graulhet et Briatexte aussi), des bois, des pâturages, des champs, et surtout du relief, c’est très vallonné, de jolis pentes parsèment le circuit, de beaux panoramas s’offrent à la vue pour peu qu’on flâne un peu, de quoi aussi se faire plaisir en descente, les routes sont sinueuses, pilotage à affiner … Quand même près de 4000 m de dénivelé cumulé (la moitié donc en D+) pour 110 bornes …

L’automne a pris ses quartiers, la lumière peut être superbe en cette saison et la nature pleine de couleurs avant que les feuilles tombent.

Merci à Christine et Bernard pour la halte à midi et le repas requinquant accompagné (avec modération, il faut repartir après) d’un très bon blanc sec du Domaine du Château Bel Êvêque, terres de Pierre Richard à Gruissan, coin que j’affectionne moi aussi particulièrement …

La trace : https://www.visugpx.com/mTpFLm7FWK

Trace retravaillée pour la rendre cyclo, j’ai quand même pu faire une peu de Gravel sur des chemins bien exposés et donc assez secs. En fait, j’ai plus ramassé de crasse sur certaines portions de route à l’ombre et à l'humidité que sur ces portions …

 

Je reparle de cette belle monture qui m’accompagne dans mes sorties de garnotte ou sur bitume, mon STIFF Gravel.
C’est gratuit, je ne suis pas rémunéré pour ça, je n’ai pas payé mon vélo moins cher non plus et c’est très bien comme ça, mon jugement peut donc être objectif : les petits nordistes de STIFF ont conçu de belles machines !
Mon Gravel a fait ses preuves sur du tout-terrain, je l’ai bien poussé, je l’ai bien secoué, il n’a pas bronché.
Et sur route, il n’est pas en reste. Les gros pneus ne posent aucun problème sur route quant au rendement. D’ailleurs même les coursiers roulent larges, en 25 voire en 28, même si c’est loin du 40 que j’ai sur mon vélo que j'ai monté avec les excellents IRC Boken très polyvalents grâce à leur bande de roulement avec ses petits picots et des crampons suffisamment prononcés sur les côtés pour avoir une très bonne accroche latérale sur tous les terrains. Rendement et confort sont au rendez-vous avec ces pneus. Et le montage est aisé.
Le vélo envoie bien quand tu appuies sur les pédales, pas besoin de longues analyses pour le constater.

Ce vélo, comme mon fidèle Titus, je n’en verrai pas les limites, c’est dans mon cas le pilote qui montre ses limites, c’est ce que je recherchai d’ailleurs quand j’ai acquis et équipé ces deux belles machines, je ne peux pas en être déçu, je n’ai pas pu les mettre en défaut. Quoi demander de plus …

Le site STIFF bicycles factory : https://www.stiffbicycles.com/fr/accueil/

Et une petite dédicace au roi Eddy, j’ai horreur de porter des noms de marques sur mes habits, même si c’est difficile d’éviter ça et même si j’ai de l’affection pour une marque au renard (mon premier titane était d'ailleurs un Muddy Fox), c’est vrai quand même que nous sommes un peu couillons de payer pour porter des fringues siglées, on devrait payer moins cher ou toucher quelques centimes ou quelques euros à chaque fois qu’on met un vêtement avec 3 bandes, une virgule, un gros O ovale, un D et G entrelacés, un L et un V, etc. Plus le sigle est visible, plus tu payes … Hommes sandwiches bénévoles … J’ai donc roulé aujourd’hui de plein gré et volontairement pour une marque de cochonaille, dont le maillot cycliste havane (ma version est trop orange d’ailleurs) est entré dans l’histoire du cyclisme.

091119 (5)

 

08 novembre 2019

 

 

 

avril (9)

Posté par mastercycle à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]