LE CYCLE RIT

17 novembre 2018

Cyclo entre Garonne et Tarn

 

Boucle de 65 km environ vers Bourg-Saint-Bernard, Montcabrier, Belcastel, lac de la Balerme, Le Ramel, Garrigues, Azas, Montpitol, lac du Laragou, Saint-Jean-Lherm et Garidech.
Petites routes au revêtement inégal, superbes points de vue sur les coteaux, la plaine toulousaine et les Pyrénées, les plaines et massifs tarnais, des coins de campagne bien isolés, de jolis villages, châteaux, bâtisses, et un peu de dénivelé, toujours plus important sur le GPS qu’à la publication sur Visu … De même pour la vitesse moyenne, on a quand même roulé plus vite, même si la performance chronométrée n’est pas ce que je recherche quand je roule (on a sa petite fierté tout de même).

Circuit fait avec Pierre-Yves, mon « mentor » historique question VTT et qui appuie toujours aussi bien sur les pédales.

Et un superbe coucher de soleil …

 

La trace : https://www.visugpx.com/1Lbtluoz5g

 

 

  

 


16 novembre 2018

« Je pars avec rien, pas besoin ! »

 

 

 

Idée reçue : « Je pars avec rien, pas besoin ! »

  

Message en forme de dédicace à l’attention des nombreux cyclistes que je vois rouler avec uniquement le smartphone dans la poche arrière, sans minimum de matériel de réparation … Et des certains que j’ai vu arrêtés au bord la route … « Chérie, viens me chercher ! ». Moi, à la place de chérie, je ne me déplacerais pas … Ça pèse rien, un minimum de matériel !

 

 

Posté par mastercycle à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2018

Tweet

Le cycle rit s’adonne aussi au tweet mais pour se démarquer des accros du petit oiseau bleu qui tweettent à tout va et toute la journée, les tweets du cycle rit ne seront pas publiés dans l'instant mais respecteront la règle des 140 caractères maximum…

Premier tweet ...

« Marrant … Il me double, on est bon vent de face, je m’accroche sur plusieurs kilomètres, il s’arrête d’un coup pour faire demi-tour, vexé ? »

Posté par mastercycle à 21:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2018

Danny MacAskill encore ...

 

 

 

Danny MacAskill gets #DownrightDirty in Endura MT500

Posté par mastercycle à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2018

Génial !

« C’est génial ! j’adore ! »

Moi je trouve ça génial le vélo dans toutes ses formes et j’adore le pratiquer sur route, chemin et tout terrain, seul ou en tandem.
Ce sont les paroles de Léone que je rapporte là, Léone qui adore monter sur le tandem et trouve génial quand ça descend et qu’on prend un peu de vitesse ; et qui ne rechigne pas à appuyer fort sur les pédales si besoin.

Sortie cet après-midi en forêt de Buzet avec Léone et Sofiane, accompagnés de Bruno, et avec mon fils Bastien qui nous accompagne parfois, qui pendant son CM2 a fait connaissance avec des résidents de Marie-Louise lors des sorties que j’organise, et qui retrouve toujours avec plaisir les résidents qui roulent avec nous.

On a vraiment trouvé la bonne et simple solution pour aider Sofiane à bien pédaler, j’en ai déjà parlé, les cale-pieds.
Il s’éclate sur le tandem, appuie fort, bravo Sofiane ! C’est un jeune homme très attachant, toujours souriant, qui aime beaucoup le sport : il nage, fait de la musculation au foyer, est très volontaire. Je dis bravo car dans son quotidien, il a besoin d’un déambulateur pour se déplacer. Le déambulateur lui apporte de l’autonomie, de la liberté, mais il est content de le laisser de côté quand il monte sur le tandem.

Quand on aborde le handicap et la différence, on aborde aussi la notion de normalité et de codes.
Pour moi, il n’y a rien d’anormal à voir une personne se déplacer avec un déambulateur, certaines personnes âgées en ont besoin, il sert aussi en rééducation, il sert aussi tous les jours dans la vie de certains. Sofiane vit avec, c’est normal.
Comme quand Jean-Christophe me prend dans ses bras, c’est normal.
J’ai travaillé pendant plusieurs mois au début de ma carrière dans une classe d’I.M.P.). Je me souviens toujours de ce garçon de 7 ans qui avait un dysfonctionnement des glandes lacrymales : quand je l’aidais à écrire, ça coulait de ses yeux sur mes mains … J’avoue que la première fois ma main a tremblé mais je ne l’ai pas relevée. Normal …
Chacun a sa propre normalité, ses « codes » ; vivre en société, c’est accepter la normalité de l’autre et donc aussi son « anormalité » … Il y a encore du travail à mener …

 

 

071118 (1)

071118 (2)

                       

Impérial sur le tandem, Sofiane, avec son pilote Bruno ! Ça va devenir très dur de les suivre, de tenir leur rythme … Car, même si l’objectif premier de nos sorties en tandem est de permettre aux résidents de pratiquer une activité originale, d’accéder à un sport qu’ils ne pourraient pratiquer seuls, de prendre l’air, de partager un petit moment de vie, on parle aussi sport et on pédale !

Léone est une jeune femme très souriante et qui est toujours contente de venir avec nous, elle peut appuyer très fort sur les pédales. Aujourd’hui, je lui ai appris à se lever au passage d’un obstacle à lever la pédale du bon côté dans un virage, nous sommes liés par le tandem, même si je pilote le tandem avance grâce à nos efforts réunis et notre coopération.

On se retrouve souvent en forêt de Buzet. Je crois la connaître « par cœur », j’y ai beaucoup « tricoté » (en jargon cycliste, je l’ai expliqué à Léone et Sofiane, ça veut dire tourner, aller dans tous les sens) mais au gré des saisons, la forêt change et on toujours l’impression de découvrir de nouveaux coins, on y oublie facilement la proximité de grande agglomération … Cette petite forêt est intéressante pas son relief : il y a de bons petits raidillons pour les courageux et de jolies descentes. Les chemins sont variés, certains techniques. On y est à l’abri et on peut ne pas trop se salir en fonction des sentes empruntées. On y trouve aussi des champignons, mais c’est une autre histoire …

 

 

Posté par mastercycle à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2018

Verba volant, scripta manent

 

 

 

« Les paroles s’envolent, les écrits restent », comme l’aurait dit le sénateur romain Caius Titus (à ne pas confondre avec l'empereur Titus).

Dans cette catégorie et bien que nous ne soyons pas encore à la période des vœux de fin ou de début d’année, je me suis fixé deux objectifs sportifs à la force du mollet pour 2019 …

Tout d’abord, je me suis inscrit à ça :

https://www.cap-orn.org/copie-de-ultra-trail-causses-vallee

180 km de VTT d’une traite entre Causses et vallée de la Dordogne avec un départ à 3h00 du matin, à faire en 18h00 max, ça fait rêver …
Je mets (je l’écris) quand même une condition à ma participation à ce raid : que la météo ne soit pas trop pas trop défavorable les jours précédant le raid …

Autre objectif écrit : rallier l’île d’Oléron par la route et les chemins en garnotte (canal de Garonne, Gironde, traversée de l’estuaire entre Graves et Royan, Seudre) sur la journée en juillet si nous partons de nouveau passer quelques jours sur l’île … Le jour du départ n’est pas encore fixé mais l’horaire oui : 0h00. Arrivée environ 18h00 plus tard pour environ 400 km …

C’est écrit ! À suivre donc …

D’autres projets sont en gestation, j’en reparlerai ou je l’écrirai sur ce blog …

Reve-de-velo

 

Il est bon d’avoir des rêves. Il est bon d’avoir des rêves et d’en atteindre, il est bon d’avoir des rêves et de ne pas les atteindre, les rêves nous guident …

Pour ce qui est de l’ordre du sport et pour ce qui me concerne, la petite reine (je ne vais pas céder à la tentation de digresser pour parler de l’origine de cette expression « petite reine »), j’ai des rêves. Certains ne seront pas accomplis (certains voyages lointains par exemple) mais ce sera sans aucun regret - j’en aurai rêvé ! - d’autres pourront l’être, comme ces projets ou défis dont je parle dans ces lignes … Et j'ai déjà roulé dans des sites dont je n'avais même pas rêvé mais qui étaient des sites de rêves, et pas forcément loin ...

 

 

 

Posté par mastercycle à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2018

gerbell (4)

Posté par mastercycle à 14:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 novembre 2018

Plantaurel

 

 

Je vais la trouver !

Deuxième fois que j’essaie de trouver une trace inédite entre Artigat et La Tour-du-Crieu. De très jolis circuits existent du côté du Mas-d’Azil ou du côté de Varilhes, circuits très bien faits à recommander pour le boulot réalisé (quand les circuits sont effectivement entretenus).

Je commence par suivre le circuit 9 de l’Arize entre Artigat et Pailhès et son superbe château que l’on aborde par le haut, grimpe sur le ligne de crête qui sépare cette vallée de celle du ruisseau d’Argentat. Là je trouve un superbe sentier très peu fréquenté, surprend une biche puis un très beau cerf (pas le temps de prendre une photo) et récupère la trace de la grande traversée Pyrénées Ariège.

P1050974

P1050977

P1050979

P1050980

P1050981

 

Là, du côté de Sabarthès, je veux trouver une trace pour rallier le circuit 10 des bosses du Plantaurel pour partir vers Saint-Jean-de-Verges, je suis une sente à travers les prés, grosse montée puis poussé/porté pendant presque 40 minutes sur une sente fréquentée par le bétail ou le gibier, quelques ronces à traverser … Nouvelle ligne de crête atteinte, un lieu magnifique, complètement sauvage (je suis sur une sente à peine tracée) …

P1050984

P1050986

P1050988

P1050989


Je passe le ruisseau d’Argentat pour atteindre une troisième ligne de crête pour aller rejoindre ce circuit 10 … Montée le long d’une piste forestière sur 2 km puis je suis un chemin de coupe forestière assez abîmé par le passage des engins puis très abîmé et impraticable, petit porté … Là, je trouve un beau sentier et continue mon parcours jusqu’au hameau du Rouquet pour récupérer la trace du circuit 10 des bosses du Plantaurel jusqu’à Saint-Jean-du Falga. Je quitte ce circuit pour traverser le village et aller chercher les circuits 1 et 2 autour du Pech de Dalou et da Cap de Ca et enfin suivre les chemins ruraux jusqu’à la Tour-du-Crieu.

P1050990

Circuit entamé en début d’après-midi, une soixantaine de bornes pour plus de 3000 m de dénivelé cumulé, terrain un peu gras en sous-bois, circuit terminé à la nuit mais j’avais prévu ça et avait l’équipement nécessaire (toujours prévoir un minimum d’équipement, qu’on parte seul ou à plusieurs : GPS, téléphone, pièce d’identité, de la monnaie, de quoi réparer, trousse de secours, couverture de survie, et pour la nuit veste fluo et éclairage), pas de trace publiée à cause de ce long porté-poussé et du chemin forestier défoncé, mais je vais la trouver !

Et après tout, l’important n’est-il pas d’avoir fait une bonne rando, avec le plaisir d’être passé dans des coins sauvages, justement sans traces, et sans en laisser ? Y être une fois passé et avoir apprécié le moment, en avoir un peu bavé pour accéder en certains endroits en sachant qu’on n’y repassera pas forcément … C’est ce que je cherche quand j’essaie de sortir des traces existantes … Même si j’aime aussi bien sûr partager mes traces avec des personnes de bonne compagnie !

 

Circuis existants balisés :

- Arize Mas-d’Azil

https://www.arize-leze.fr/IMG/pdf/depliant_vtt_1-2.pdf

 

- Bosses du Plantaurel

 carte_site_vtt_varilhes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28 octobre 2018

lavaur (9)

Posté par mastercycle à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2018

À deux c'est mieux

 

Au cause d’imprévus et de calendriers un peu chargés, nous n’avons fait notre rentrée en tandem avec Marie-Louise qu’aujourd’hui.
Rendez-vous à Marie-Louise au foyer, je retrouve Camille, Émilie, Aurélie, fait connaissance de David et Kaïs. Tous les quatre logent dans le « studio », petite unité de 4 chambres individuelles, pièce commune et cuisine. Ils mangent là avec leur éducateur, s’occupent du ménage, etc.

Camille est toujours aussi volubile, Aurélie me raconte ses activités. Les résidents participent à des ateliers variés, certains en lien avec la vie active, une unité travaille pour une entreprise de volets roulants et assemble des pièces.
David est amateur de parfums, il apprécie particulièrement les essences de Jean-Paul Gauthier ou Sauvage de Dior.

Les résidents sont logés dans plusieurs unités de vie regroupant plusieurs chambres, une salle commune et une petite cuisine. Chacun bénéficie d’un espace privé, une chambre qu’il peut aménager à son goût avec une salle de bains.
Il y a plusieurs salles d’activités et même une piscine.

Je retrouve ensuite Jean-Christophe qui vient me saluer en me prenant dans ses bras, Léone, Jennyfer, et nos deux coéquipers du jour, Sofiane et Vivian.
Sofiane est toujours aussi souriant, Vivian placide.
Nous enfourchons nos tandems pour un tour au départ du foyer vers Castelginest, les rives de l’Hers, Bruguières et Gratentour, une quinzaine de kilomètres en tout. Sofiane roule avec Bruno, Bruno a monté des cale-pieds aux pédales pour que Sofiane puisse bien garder ses pieds dessus, Vivian roule avec moi.
Efficaces les cale-pieds : Sofiane peut garder le rythme et suivre la cadence.
Nous plaisantons le long du trajet et bien sûr de temps en temps appuyons un peu plus fort sur les pédales. Et bien sûr, c’est le tandem piloté par Bruno qui est le plus souvent devant … Sofiane est heureux ! Vivian qui d’habitude au bon coup de pédale aura été moins présent aujourd’hui même si nous aurons discuté, il apprécie que je lui décrive le parcours, les lieux traversés …

Prochain rendez-vous début novembre …

241018 (1)

241018 (2)

 

Posté par mastercycle à 20:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2018

Yoan Tribloulat

GRAVEL BIKE FREESTYLE • BEST OF YOHAN TRIBOULAT 2017 • FREESTYL'AIR / STYL'RIDERS

Posté par mastercycle à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2018

IO2012 (44)

Posté par mastercycle à 14:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2018

Les étoiles brilleront dimanche

2210290_medium

Roman de Benjamin Coissard aux Éditions de l’Éclisse

Chez les Benoit, on est vélo. Élevé depuis son plus jeune âge dans la religion du cyclisme, Loïc essaie tant bien que mal d'échapper au destin de cette passion qu'il n'a pas choisie... À la grand-messe dominicale des courses de village où les culs-terreux viennent le huer ou l'acclamer, vin chaud et saucisse à la main. À la pression infernale à maintenir coûte que coûte l'honneur sportif de la famille Benoit... À ces bouseux en lycra qui ne vivent, tout comme lui, que pour l'absurde espoir de monter sur la boîte après le sprint final... Un premier roman immersif qui dresse un portrait féroce et touchant de la culture vélo.

 

 

Posté par mastercycle à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2018

vil 2012 (68)

Posté par mastercycle à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 octobre 2018

creuse17vtt (15)

Posté par mastercycle à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]